Err

pubentetesite-OK.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Philip Catherine

10 juin 2013
Côté Jardin
Philip Catherine © Jazz Hot n°664, été 2013

Nouveauté-Indispensable
Misty Cliffs, Seven Teas, Lost Land, La Prima Vera, Côté jardin, The Hostage, Virtuous Woman, Yellow Landscape, Janet, Je me suis fait tout petit, Gilles et Mirona, Karagoz
Philip Catherine (g), Nicola Andrioli (p), Philippe Aerts (b), Antoine Pierre (dm), Philippe Decock (key), Isabelle Catherine (voc)
Enregistré du 14 au 16 juin 2012, Osnabrück (Allemagne)
Durée : 1h 00'18''
Challenge Records 70178 (www.challengerecords.com)

Un nouvel opus du guitariste belge correspond souvent à un doux moment à passer en compagnie du petit prince de la six cordes. Côté Jardin ne dément en aucun point cette affirmation. Dès les premières notes de « Misty Cliffs », Philip Catherine nous emmène dans ces univers ouatés où il fait bon se perdre. Pour le soutenir dans son projet, on retrouve bien évidemment Philippe Aerts (b), partenaire de longue date, mais aussi deux nouveaux musiciens. Nicola Andriolli, d'origine italienne, sur les touches d'ivoire et Antoine Pierre, tout juste vingt ans, sur les peaux. Ces deux-là apportent déjà leurs griffes personnelles sur les peintures musicales élaborées par le guitariste (« Seven Teas »), pour ses 70 ans. « La Prima Vera » voit le quartet se réveiller au sommet de son art. Les entrelacs entre le piano et la guitare, puis la contrebasse et la batterie diffusent une énergie soyeuse que seul Philip Catherine parvient à gérer, pour permettre à ses partenaires de donner le meilleur d'eux-mêmes. La force de conviction de ses sidemen, avec en soutien du piano, le clavier de Philippe Decock, maintient le projet à un niveau élevé quels que soient les thèmes abordés (« The Hostage »). Andrioli, à l'origine de trois titres du CD, se fait grandement apprécier sur « Virtuous Woman » où le travail sur les fûts et les recherches percussives de Pierre ne sont pas inintéressantes. Pour compléter ce panorama, le guitariste met Brassens au cœur de son expression en reprenant « Je me suis fait tout petit », une quasi obligation, tant le chanteur français représente pour lui une source d'inspiration. Enfin, il est agréable d'entendre Isabelle, la fille de Philippe sur le titre éponyme pour un moment de douceur extrême.
Michel Maestracci