Err

bandeau-anniv-2020.jpg


HOT NEWS





25 octobre 2020

NEA Jazz Masters 2021
Washington (USA)

Après l'animatrice radio Dorthaan Kirk (WBGO Jazz), Bobby McFerrin (voc, Jazz Hot n°407), Roscoe Mitchell (sax, cl, Jazz Hot n°356-357) et Reggie Workman (b, Jazz Hot n°672) en 2020, le National Endowment for the Arts a distingué pour 2021: Terri Lyne Carrington (dm, Jazz Hot n°523), Albert Tootie Heath (dm), Phil Schaap (historien) et Henry Threadgill (as, fl, cl).

24 octobre 2020

LP3 45-Records

Ce nouveau label est lancé conjointement par Luigi Grasso, Yaron Herman et Laurent Courthaliac en association avec le chef d'entreprise Peter Schnur. Les albums, qui sortiront au rythme de six par an, ne seront disponibles qu'aux formats vinyl et digital (ni CD, ni streaming) et enregistrés dans un «lieu de vie». Les deux premiers titres ont ainsi été gravés «At Barloyd's» (en écho au coffret du même nom) et seront disponibles à partir du 13 novembre: Kurt Rosenwinkel et René Urtreger en piano solo. Le catalogue s'enrichira en 2021 avec des sessions de Nicole Glover (ts), Kevin Hays (p) ou encore Johnny O'Neal (p), autant d'artistes liés aux parcours des trois fondateurs.
Informations: lp345-records.com

11 octobre 2020

Le 4 mains des animaux
2Mcéditions

Les pianistes Philippe Duchemin, Arnaud Labastie et le dessinateur (et batteur) Jean Duverdier éditent à 6 mains un recueil de partitions pour piano 4 mains avec 8 compositions originales (jazz, blues, bossa nova, funk).
Informations: 2mceditions.com

10 octobre 2020

Philippe Milanta
Camille Productions

Après un magnifique album en solo, Wash (voir notre chronique), l'excellent label de Michel Stochitch propose un nouvel enregistrement avec Philippe Milanta: 1,2,3,4! sur lequel le pianiste est accompagné de Thomas Bramerie (b), Leon Parker (dm, perc) et Lukmil Perez (dm). Le disque qui comprend compositions personnelles et standards sera disponible le 7 novembre. Un concert de sortie est également prévu au Sunside le 17 novembre.
5 octobre 2020John Coltrane, arrivée à Orly, pour le concert à l’Olympia du 17 novembre 1962 © Roger Kasparian

Expo-vente de photos de jazz 1961-1963
Roger Kasparian / Montreuil (93)

Du samedi 10 au vendredi 23/10, 20 à 25 clichés seront exposés et à vendre (tirages limités) au Studio Boissière de Montreuil en présence de Roger Kasparian les 11 et 18/10 à 17h00, le 23/10 à 18h00 (musique les 10 et 23/10 à 18h00). Né le 12 janvier 1938 à Paris 14e, Roger Kasparian suit les traces de son père, Varastade Kasparian, (1911 Samsun, Turquie-1970 Montreuil), orphelin réfugié suite aux massacres turques de 1915 et ramené à Blois sur fonds de secours américain. Après un apprentissage-emploi en photo chez Harcourt, en 1943 il exerce à Montreuil et y fonde le Studio La Boissière en 1951, sattachant à fixer la vie sociale (identité et fêtes/cérémonies familiales, rues, habitants): il y travaille en famille jusqu’à son décès et le Studio poursuit son activité avec ses fils. De retour de sa période militaire en Algérie en 1961, Roger Kasparian tombe dans le bain de révélateur avec les yés-yés (dont Françoise Hardy), la variété (surtout Charles Aznavour), et de «Pour ceux qui aiment le jazz», d’où le titre de l’expo-vente. Thelonious Monk est le premier sur sa pellicule-jazz (Olympia, 16 Avril 1961), et Ella Fitzgerald (Olympia, 31 août 1963) clôturera son aventure hot. En 1970, Roger se met à construire des maisons (tout en continuant la photo pour son plaisir) et le Studio Boissière continue son métier localement jusque fin des années 1990 avec son épouse. Le Studio renaît avec la 3ème et 4ème générations depuis 2015, menant une activité double en parallèle: la pratique sociale du métier de photographe ancré dans un territoire depuis 1943, et un développement culturel en relation avec des artistes, proposant des expositions.
Informations: rogerkasparian.com

28 septembre 2020

Le jazz à feu doux ou en veilleuse?

Fermetures, le retour! Les clubs parisiens –déjà fragilisés par le confinement  et les protocoles sanitaires kafkaïens– doivent fermer à 22h à compter de ce soir, et jusqu’au 11 octobre selon le bon plaisir des technocrates. Si les clubs avec restauration (Duc des Lombards, Petit-Journal St-Michel) échappent pour le moment partiellement aux restrictions –on se demande pourquoi quand les métros sont bondés?– les autres ont décidé soit de cesser à nouveau leur activité (Cave du 38 Riv'), soit d'adapter leurs horaires et de ruser avec les mots pour survivre, comme le Sunset-Sunside qui avance ses concerts à 19h30/20h et ferme le bar tout en laissant se poursuivre la musique. Rappelons que le Caveau de La Huchette et le Jazz Café Montparnasse sont fermés depuis le 17 mars. On plaint sincèrement les responsables économiques et culturels devant de telles absurdités technocratiques et sanitaires, mortelles pour le jazz, faut-il le rappeler?
20 septembre 2020

Thelonious Monk inédit
Impulse! (Universal)

Universal publie sur le label historique Impulse! un live inédit enregistré au Palo Alto High School le 27 octobre 1968 pour collecter des fonds, suite à l'assassinat de Martin Luther King: avec Charlie Rouse (ts), Larry Gales (b) et Ben Riley (dm).
Informations, photos et documentaire avec T.S. Monk sur cet enregistrement: theloniousmonkmusic.com

20 septembre 2020

Dizzy's Club livestream

Le Dizzy's Club du Lincoln Center (New York, NY) annonce une belle programmation: Catherine Russell Trio (1/10), Bill Charlap (8/10), Jeremy Pelt/George Cables (15/10), Christian Sands (22/10), soirée jeunes musiciens «Let Freedom Swing» (29/10), «Young Stars of Jazz» avec Wynton Marsalis (5/11), Ulysses Owens Jr. (12/11) et Brandon Goldberg Quintet (19/11).
Informations: https://jazzatlincolncenter.squarespace.com/dizzys-club

16 septembre 2020

Jazz à Vienne sur France 3

Lundi 21 septembre à 23h, France 3 Auvergne-Rhône-Alpes diffusera un documentaire (52’) réalisé par Jean-Marc Eysseric sur l’aventure de Jazz à Vienne qui aurait dû célébrer cet été sa quarantième édition. Bâti autour d’entretiens avec les patrons du festival (Jean-Paul Boutellier, son fondateur en 1981, et Benjamin Tanguy, son actuel directeur), il donne aussi la parole à des musiciens comme le saxophoniste Manu Dibango ou encore le pianiste Hervé Sellin qui assura une étonnante première partie de Lionel Hampton en 1986. Le film fait également la part belle au suivi des répétitions de Up above my head, une création du pianiste Raphaël Lemonnier (réunissant notamment les chanteuses Camille et Sandra NKaké, l’arrangeur Clément Ducol et le saxophoniste Raphaël Imbert) qui ouvrait l’édition 2019 autour des chants de l’esclavage. Ce documentaire est enfin illustré par de nombreuses photographies sur l’histoire du festival, issues des archives du Viennois Jean-François Merle qui suit le festival depuis sa première édition en 1981 et de l’Abécédaire amoureux du jazz de «notre »Pascal Kober qui couvre Jazz à Vienne pour la revue depuis 1987.
Informations: https://www.francetvpro.fr/auvergne-rhone-alpes

7 septembre 2020n°606-2003

Happy 90th Birthday Sonny!

Né le 7 septembre 1930 à New York, Theodore Walter Rollins, alias Sonny Rollins, fête aujourd'hui ses 90 ans! 
Le ténor, qui a donné en juin dernier une superbe interview
(votre notre Hot News du 24/6) rappelant les valeurs fondamentales du jazz, sur fond d'incurie sanitaire et de protestations contre les violences policières racistes, est un sage d'une finesse et d'une profondeur d'esprit que l'âge n'a pas altérées, bien au contraire. Dans une autre belle interview, donnée il y a dix ans, à l'occasion de son 80e anniversaire, le «Colosse» donnait sa définition du jazz. Une définition, un ressenti, pleins d'intelligence et d'humanité.
Pour vous imprégner de la «Sonny Philosophy», écoutez son jazz qui prône le rapprochement social:

1975. Sonny Rollins, Rahsaan Roland Kirk, McCoy Tyner, Stanley Clarke (b), Lenny White (dm) «Work Song» (Cannonball Adderley)

2012. Sonny Rollins, Peter Bernstein (g), Bob Cranshaw (b), Kobie Watkins (dm), Sammy Figueroa (perc), «Don’t Stop the Carnival», Marseille, 25 juillet (vidéo Claude Vesco, g)


n°140-1959 n°181-1962 n°227-1967 n°351-352-1978 n°478-1990
6 septembre 2020

Baiser Salé
Paris / 18 septembre - 24 octobre 2020

Décalée à l'automne, la 15e édition du festival Les Caribéennes de Mai, réunira notamment: Tricia Evy, Alain Jean-Marie, Mario Canonge, Ludovic de Preissac ou encore Laurent Coq.
Informations: lebaisersale.com

6 septembre 2020

Birdland
New York, NY / septembre 2020

Autre lieu historique (depuis 1949) en attente de rouvrir au public, le Birdland propose lui aussi quelques concerts en streamlive: Joe Lovano, à l'occasion des 100 ans de Charlie Parker, le 8/9, et Houston Person le 15/9.
Informations: birdlandjazz.com

6 septembre 2020

Musiques de l'âme
Vecteurs de liberté, d'égalité, de fraternité

A voir avant le 3 octobre 2020 Aretha Franklin - Soul Sister, nouveau documentaire de France Swimberge (production Program33/Arte, 2020, France, 52min.): https://www.arte.tv/fr/videos/090610-000-A/aretha-franklin-soul-sister 
et avant le 27 novembre 2020, A la manière tzigane de János Darvas (production EuroArts/MDR/Arte, 2020, Allemagne, 53 min.): https://www.arte.tv/fr/videos/089114-000-A/a-la-maniere-tzigane
4 septembre 2020

Festival Jazz à Cours & à Jardins 2020
Lyon (69) / 5, 6, 11, 12 septembre et 10 octobre 2020

Belle idée que de faire découvrir cours et jardins privés, des lieux peu connus du public et pourtant situés en plein cœur de la ville, pour y produire quatorze concerts (dont six créations !), tous organisés à la lumière du soleil. Dix ans déjà que le saxophoniste lyonnais François Dumont-d’Ayot pilote ce petit festival atypique qui a réussi à maintenir sa programmation en dépit de la crise sanitaire en décalant ses dates du printemps à la fin de l’été et en adaptant sa programmation (le trio de la chanteuse slovaque Jana Gavačová a ainsi dû être remplacé in extremis par les Lyonnais de Swing Chrorus). On pourra notamment y écouter, dans des conditions parfois intimistes, les Italiens de Hysterico Duo, la pianiste allemande Julia Kadel en solo, ou encore plusieurs interventions de François Dumont d’Ayot lui-même, en diverses formations: hommage à George Sand, répertoire tournant autour des standards et du… chant des canuts (!), quartet avec John Betsch, Michel Edelin et Leïla Soldevila, ou encore création sensorielle conçue pour les malvoyants. Suivez la nouvelle mascotte du festival, Louis, petit nain de jardin vêtu d’une marinière! L’entrée aux concerts est libre et l'on vous promet quelques singulières découvertes…
Informations: jazzacoursetajardins.com

27 août 2020

Freedom's State of Mind with Camille Thurman

Jazz at Lincoln Center propose un nouveau rendez-vous à vocation éducative, une conversation hebdomadaire, le mardi (8PM EDT/2h du matin heure française), à partir du 1er septembre, animée par la saxophoniste et chanteuse, membre du JALCO, Camille Thurman. Sont annoncés Buster Williams, Dee Dee Bridgewater, Charles Tolliver, Charles McPherson, Terri Lynn Carrington, Sean Jones ou encore Jerome Jennings. Le projet consiste à aborder des sujets tels que la liberté, le rôle de l'artiste dans la société, l'activisme dans les arts et, par discussion interactive, se propose d'étendre les échanges à des sujets socio-économiques, de société (justice, racisme, égalité des chances, rôle des femmes...). Pour suivre en direct et/ou participer: https://zoom.us/meeting/register
Les vidéos seront ensuite accessibles sur la chaîne YouTube du JALC: https://www.youtube.com/user/JazzatLincolnCenter

27 août 2020

Les 100 ans de Charlie Parker à Kansas City
Août 2020

Pour fêter le centenaire de Bird (29 août 1920, Kansas City, MO-12 mars 1955, New York, NY), différents événements se déroulent au mois d'août, incluant notamment la diffusion, le 30 août (12AM CST/7h heure française) sur la radio KCUR 89.3 d'un concert de Bobby Watson qui a aussi participé à un bel hommage, avec Vincent Herring et Gary Bartz pour le label Smoke.
Informations: https://spotlightcharlieparker.org

21 août 2020

Collection Bram Dijkstra
Université d'Etat de San Diego (SDSU), CA (USA)

Cet auteur et professeur de littérature à la retraite, ayant aussi donné des cours de jazz et de blues (joignant la politique et la musique sur le concept «Black music-Black texts») a décidé, à 82 ans, de donner sa collection de 50.000 disques de jazz, blues, gospel... remontant aux années 1920 et comportant des pièces très rares, à son ancienne université (publique). La collection portera le nom de «John Coltrane Memorial Black Music Archives»; si sa valeur monétaire dépasse le million de dollars, sa valeur historique est encore plus fabuleuse. Le collectionneur d'origine indonésienne avait entendu John Coltrane sur un disque de Miles Davis, dans les années 1950, en Hollande où il vivait alors, un sentiment de liberté qui l'a poussé à partir vivre aux Etats-Unis. «Ce ne sera pas facile de m'en séparer car ces disques ont été une si grande partie de ma vie... Mais je pense que l'université sera un bon endroit pour que les générations futures puissent en profiter.»
15 août 2020

The Ever Fonky Lowdown
Everybody Wear They Mask
Jazz at Lincoln Center / Wynton Marsalis

La dernière œuvre orchestrale de Wynton Marsalis, The Ever Fonky Lowdown, qui s'inscrit dans la lignée des précédentes retraçant l'histoire de l'Afro-Amérique et des relations intercommunautaires, avait été créée le 7 juin 2018 au Lincoln Center par le Jazz at Lincoln Center Orchestra (voir notre Hot News du 30/05/18). L'enregistrement de cette ample composition sera publié par Blue Engine Records le 21 août sous forme digitale uniquement (pas de support CD) ce qu'on peut regretter pour la mémoire du jazz. Une sortie qui intervient alors que la situation politique est plus tendue que jamais aux Etats-Unis depuis l'assassinat de George Floyd et que le délire planétaire autour du Covid-19 a précipité le monde dans une profonde et durable crise économique et ainsi accru les inégalités. Avec également les conséquences désastreuses pour les artistes et les professionnels indépendants du jazz que nous évoquons régulièrement. Récemment, Wynton Marsalis nous confiait (voir notre interview) que la responsabilité de défendre l'idée de démocratie nous incombe en ces temps bien sombres. Il participe à ce combat avec cette suite sur «la liberté démocratique, l'abus de pouvoir, le racisme et la corruption culturelle» en posant «la question fondamentale de la prédation opposée à la symbiose: voulons-nous nous entraider ou nous exploiter les uns les autres?» (communiqué de presse). 
https://wyntonmarsalis.org/news/entry/world-premiere-of-wynton-marsalis-the-ever-fonky-lowdown
https://wyntonmarsalis.org/discography/title/the-ever-fonky-lowdown
Signalons par ailleurs, après
«Quarantine Blues», un nouvel original enregistré at home par le JALCO, «Everybody Wear They Mas, à l'ironie certaine.
https://wyntonmarsalis.org/discography/title/everybody-wear-they-mask-jazz-at-home
13 août 2020

Peter Bernstein
Smoke, New York (USA) / 14-15 août 2020

Peter Bernstein (g) donnera les 14 et 15 août (à 2h du matin, heure française) un livestream concert au Smoke avec son quartet de haut vol: Sullivan Fortner (p), Peter Washington (b) et Joseph Farnsworth (dm) en attendant l'arrivée du prochain album, en octobre, sur le label du club.
Informations: smokejazz.com

9 août 2020

Swing Time in Limousin (suite)
Port-de-Bouc (13) 12 août 2020

Le documentaire Swing Time in Limousin de Dominique et Dilip Varma (voir nos articles précédents: compte-rendu du festival Hot Viennechronique du filmHot News des 3/09/18, 15/11/18, 18/05/19, 16/10/19, 29/11/19), est programmé en plein air (Cinéma Le Méliès) mercredi 12 août à 21h45, et précédé à 20h30 d’un concert en duo avec Jean-Jacques Lion-Thierry Massé.
30 juillet 2020

Charles Mingus Institute
30 juillet 2020, 23h (heure française)

Le Charles Mingus Institute propose un échange en ligne de deux heures avec neuf trompettistes ayant fait partie de la section de cuivres du Mingus Big Band, dont Randy Brecker et Jeremy Pelt. Pour se procurer des billets et accéder à la rencontre: https://www.charlesmingus.com/jazz-education

23 juillet 2020

Paris Jazz Corner
Paris, Sommières (30)

Le disquaire Paris Jazz Corner propose en ce moment une promotion de -20% sur tous ses articles, pour les achats passés en ligne (qui seront expédiés à partir du 3 août) comme dans la boutique parisienne du 5 rue de Navarre (fermée du 9 au 24 août). La terrasse musicale du Jazz Corner Café reste ouverte tout l'été.
Informations: parisjazzcorner.com

23 juillet 2020

Reprise des concerts au Petit Journal St-Michel
Paris 5e / 23 juillet 2020

Aujourd'hui, c'est au tour du Petit Journal St-Michel de reprendre sa programmation de concerts, à raison de trois soirées par semaine, les jeudi, vendredi et samedi. Au programme pour les trois premiers soirs: Nicolas Montier (23), Pauline Atlan & Louis Mazetier (24) et Paris Washboard (25). Rappelons que depuis juin, des musiciens avaient pris l'initiative de se produire en extérieur, devant l'entrée du club encore fermé (voir notre Hot News du 20/6).
Réservations: 01 43 26 28 59.

23 juillet 2020

Jazz à Vienne, saison 2020-2021
Lyon (69), Vienne (38)

Si Jazz à Vienne, comme la plupart des festivals, a dû se contenter pour son édition estivale de la (re)diffusion sur sa chaîne YouTube (https://www.youtube.com/user/JazzaVienne2012) d'interviews et d'extraits de concert, les premières dates live de sa saison d'hiver sont annoncées: un «Hommage à Michel Petrucciani
» (2/11), Gregory Porter (27/11), Chucho Valdés (8/3), l'Amazing Keystone Big Band (8/5) à l'Auditorium de l'Orchestre National de Lyon et Sarah Lenka (5/11) au Théâtre de Vienne.
Informations: jazzavienne.com
7 juillet 2020

Ack van Rooyen
New York (USA) / 22 août 2020

Le trompettiste et bugliste Ack van Rooyen (1930, La Haye) a reçu le Buma Boy Edgar Prize 2020 (un prix décerné chaque année, depuis 1963, à un jazzman néerlandais) le 26 juin à Rotterdam. Il est passé par la France en 1957, où il a joué avec Aimé Barelli. On le retrouve également aux côtés de Slide Hampton, Clark Terry et du Gil Evans Orchestra.
https://www.youtube.com/watch?v=EQdClQEsQXc
7 juillet 2020

Hommage à Onaje Allan Gumbs
New York (USA) / 22 août 2020

Le 22 août à 14h (heure locale), The Onaje Allan Gumbs All-Stars rendra hommage au pianiste disparu le 6 avril dernier (voir Tears) devant le 120 DeKruif Place Building, dans le Bronx.

7 juillet 2020

Jazzy Quarantine in Moscow!

Igor Butman (ts) et le Moscow Jazz Orchestra ont publié sur YouTube, une composition, «Desolated Shore»: la performance à distance sans public gagne du terrain!
https://www.youtube.com/watch?v=62PcrE4tD_U

7 juillet 2020

The Händel Song Book: Lia Pale & Mathias Rüegg
Vienne (Autriche)

The Great European Song Book de Lia Pale et Mathias Rüegg (voir Hot News du 30/12/19) s'enrichit d'un nouveau chapitre consacré à G. F. Haendel avec l'album Sing my Soul qui paraîtra le 1er octobre. Un concert de sortie est prévu le 14 octobre au théâtre Muth à Vienne.
Informations: liapalemusic.com/haendelwithcare


2 juillet 2020

Ahmad Jamal 90th Birthday!

Ahmad Jamal, né le 2 juillet 1930 à Pittsburgh (également ville d'origine d'Erroll Garner, voisin de la famille Jones: les mères des deux pianistes étaient amies), fête ses 90 ans (dont 76 années de carrière!). Immense styliste, à l'esprit incisif, sa façon de manier l'art du trio reste une référence pour de nombreux musiciens par la richesse de ses arrangements: c'est en 1951, à Chicago, qu'il monte sa première formation avec Ray Crawford (g) et Eddie Calhoun (b). En 1956, il passe à une structure piano-contrebasse-batterie, qui se fixe avec Israel Crosby (b) et Vernel Fournier (dm) à partir de 1957. Jusqu'en 1962, ils constituent ce qui reste l'un plus remarquables trios de l'histoire du jazz (avec un enregistrement marquant: At the Pershing, en 1958). Après quelques années incertaines, Ahmad Jamal revient au sommet sur The Awakening (1969), désormais entouré de Jamil Nasser (b) et Frank Grant (dm). S'il s'essaie au piano électrique dans les années 1970, il continue de s'exprimer dans sa configuration favorite, parfois élargie à une guitare. C'est d'ailleurs en quartet qu'il s'est produit ces dernières années, entouré du fidèle James Cammack (b) d'Herlin Riley (dm, qui a succédé à d'autres Néo-Orléanais: Idris Muhammad, Vernel Fournier…) et de Manolo Badrena (perc), mais aussi en solo (Ballades, 2016). Happy Birthday Mr. Jamal!
Ahmad Jamal et Jazz Hot: 136-1958, 359-1979, 360-1979, 452-1988, 502-1993, 527-1996, 575-2000.

30 juin 2020

Jazz 'round the world
Documentaires sur Arte

A voir ou à revoir avant les dates limites, de magnifiques images d’archives permettant de continuer la réflexion sur les rôles moteurs et impacts majeurs des arts populaires tels que le jazz, la photo, la danse... tant comme pratiques sociales et dynamiques économiques, que comme vecteurs politiques et diplomatiques. En ce sens, l’esthétique (au sens étymologique de perception) retrouve ainsi sa dimension originelle philosophique porteuse de valeurs humanistes, de miroir de la réalité et de conscience, à contre courant total de notre actuelle dérive du continent virtuel nombriliste, par effacement de la mémoire collective, dans un délire d’apparences pailletées dénuées de sens, donc de vie. N’oublions jamais que la démocratie vient de la Grèce qui a donné au monde le théâtre et les philosophes, le premier permettant de se représenter le réel pour y réfléchir et essayer de le comprendre, et les seconds proposant des alternatives aux barbaries, dont la voie démocratique. Quand tu ne sais plus où tu vas, regarde d’où tu viens (proverbe africain), là il faudrait d’urgence acheter des rétroviseurs géants.

Devil’s Horn (->22/7/20, Larry Weinstein, 2016, Canada, 82 mn), en rapport avec Giuseppi Logan, voir Tears

Stax, le label soul légendaire (->24/8/20, Stéphane Carrel-Lionel Baillon, 2018, France, 53 mn), chroniqué dans Jazz Hot

Willy Ronis (->2/9/20Vladimir Vasak, 2019, France , 54 mn), édito dans Jazz Hot
Une autre belle photo de Willy Ronis: «Rex Stewart et Charles Delaunay» 

Le Jazz: une arme secrète (->13/9/20The Jazz Ambassadors, Hugo Berkeley, 2017, USA, 87 mn)

Les nombreuses vie de Sammy Davis Jr. (->29/9/21, Sammy Davis Jr.: I’ve Gotta Be MeSam Pollard, 2017, USA, 53 mn)
25 juin 2020

Smalls-Mezzrow
A l'Ouest, rien de nouveau

Spike Wilner continue (Hot News des 9 avril, 31 mai, 16 juin) à nous raconter le quotidien mortifère des clubs fermés en raison de l’incurie sanitaire de ceux qui rejouent «Prends l’oseille et tire-toi», à se demander où sont passés les impôts si ce n’est dans la première des priorités: la santé. Cette agonie lancinante n’est pas sans rappeler le «We can’t breathe», une énergie vitale qui s’étouffe à «bas bruit», parole d'«experts».
«A ce jour, Smalls et Mezzrow sont fermés depuis 100 jours. Tout mon personnel a été licencié. Notre police d'assurance médicale a été annulée (nous avons proposé à notre personnel une police d'entreprise). 500 groupes ont été annulés. Des membres clés de mon personnel hautement compétent et expérimenté ont définitivement quitté la ville et le pays. Le prêt PPP que nous avons obtenu du gouvernement a maintenant été entièrement dépensé et, non seulement nous sommes maintenant plus endettés, mais nous nous efforçons de trouver des ressources. Les propriétaires ne cessent d'exiger des loyers depuis des mois. Notre compagnie d'assurance prétend que le Covid est exclu de notre réclamation pour perte de revenus en cas de catastrophe, bien que nous nous sommes spécifiquement assurés contre cela. Ni la ville, ni l'Etat, ni le pays ne nous ont fourni d'assistance ou même d'indication quant à la date de réouverture et avec quelles restrictions. Mezzrow est un gâchis, non nettoyé et abandonné depuis des mois. Au Smalls, nous payons des groupes pour jouer dans une salle vide.»
Pour voir les concerts en ligne du Smalls: https://www.youtube.com/user/smallslive/videos

25 juin 2020Clarence Otis & Jacqueline Bradley

Clarence Otis au JALC

Le 16 avril dernier, à l’occasion du Worldwide Concert for our Culture (Hot News du 27/4/20), nous avions découvert sans le savoir, le prochain président du conseil d’administration de Jazz at Lincoln Center, Clarence Otis (minute 45’38'', https://www.youtube.com/watch?v=IjJbZetCvGw) qui prendra ses fonctions le 15 septembre en remplacement de Robert J. Appel arrivé en 2012. Né dans le Mississippi le 11 avril 1956, Mr.Otis a grandi dans le ghetto de Watts (Los Angeles, CA) à l’époque des émeutes (1965), dans une famille très modeste où l’école comptait beaucoup. Boursier au Williams College (Williamstown, MA) puis à Stanford en Californie, Mr. Otis est devenu un homme d’affaires accompli, très apprécié de son entourage, pour qui l’importance des arts s’est ancrée très tôt notamment grâce au Watts Towers Arts Center où le Black Arts Movement a pu s’épanouir sur la West Coast. Avec Jacqueline Bradley, son épouse, ils sont tous deux très investis de longue date dans les arts et particulièrement le jazz. Trésorier et président du comité des finances de JALC depuis 2012, il est sans doute la personne idoine pour relever le défi économique de l’après faillite sanitaire devenue faillite culturelle, sociale et économique, et dans lesquelles le jazz va devoir mener un combat de plus, dans un contexte mondial tristement concurrentiel. «Welcome on Board, Mr. Otis», c’est le cas de le dire, car la croisière sur le Titanic planétaire risque de tanguer.
https://jazzatlincolncenter.squarespace.com

24 juin 2020

Réouverture du Keystone Korner
Baltimore, MD

Première bonne nouvelle concernant les clubs aux Etats-Unis, la réouverture le 25 juin du Keystone Korner de Baltimore avec le quartet de Sean Jones (tp). Le reste de la programmation est disponible sur: keystonekornerbaltimore.com

24 juin 2020

Blue Note NY online

Jusqu'au 28 juin, le Blue Note de New York propose deux livestream concerts par jour dont Nicholas Payton (le 25), Harold López-Nussa (le 27) et Delfeayo Marsalis (le 28).

24 juin 2020

Sonny Rollins
Interview du New Yorker, 11 juin 2020

«Vivez votre vie dans l’instant et essayez de comprendre qu'elle est plus grande que ce qui vous attend.»
Suite aux nouveaux mouvements d’ampleur aux Etats-Unis concernant les violences policières suite au meurtre de George Floyd, vécu en direct sur les écrans, et venant à la suite d’une période d’enfermement collectif mortifère inégalitaire pour cause de faillite sanitaire, le sage a de nouveau patiemment prêché le jazz et ses valeurs d’intégrité spirituelle et de dépassement de soi, génératrices d’une société humaniste alternative, y compris dans le monde déshumanisé et d’adversité tel qu’il est, et dont il ne pense pas qu’il puisse changer encore cette fois-ci, à l’aune de ces presque 90 années passées sur la planète. Le jazz est une discipline/pratique de l’instant, qui doit amener le musicien à faire mieux que ce dont il se pense capable pour élever l’humain à plus de conscience, de spiritualité.

Pour Sonny Rollins, le solo de Pharoah Sanders inspiré par les funérailles d’Ornette Coleman comme la musique de Lester Young, sont l’expression-même d’une profonde humanité capable de toucher le collectif. Puis il évoque avec chaleur et émotion celles qui ont compté et comptent encore, celles qui l’ont fait grandir, l’ont rendu fier de l’apprentissage de ses actes militants, de sa grand-mère à Alice Coltrane, en passant par Angela Davis et Billie Holiday, ayant chacune affronté des chemins aux combats difficiles, les forçant à se dépasser, aussi pour les autres. Il est toujours aux côtés de sa grand-mère qui marchait à Harlem, sur Lenox Avenue, derrière W.E.B. Du Bois, Paul Robeson, ou manifestait en faveur de la libération des Scottsboro Boys (1931-2013), injustement jugés d'avoir violé deux femmes blanches en Alabama. Le saxophoniste-philosophe parle de la marginalisation sociétale et institutionnelle des Afro-Américains comme symptôme d’une partie de la population qui n’a jamais voulu admettre son bénéfice du fait que l’autre partie a payé, et paie encore aujourd’hui, le prix le plus fort de la construction commune de «l’Amérique»; il rappelle que transmettre l’histoire réelle et faire prendre conscience est indispensable pour essayer de trouver un nouvel équilibre à puiser dans la mémoire des droits civiques. Le virus pas davantage que le 11 septembre ne peuvent changer des comportements individualistes forcenés si l’état d’esprit et les motivations des individus ne se tournent pas vers une intelligence collective des situations. Comme pour le jazz, ce n’est pas une question de moyens techniques, mais de raisons d’aspirations humanistes qui font la valeur des actes et des expressions.
https://www.newyorker.com/culture/the-new-yorker-interview/sonny-rollins-on-the-pandemic-protests-and-music

Louis Armstrong, fusain © Sandra Miley21 juin 2020

Sandra Miley’s Jazz Portraits 
Coutances (Manche)

En partenariat avec Jazz Hot, Sandra Miley, artiste anglaise installée en France depuis plus de dix ans dont vous voyez parfois les illustrations dans votre revue de jazz préférée, expose ses Jazz Portraits, une série d’une vingtaine de dessins (fusain et pointe) aux mois de juin et juillet 2020, au Café-Restaurant l’Inattendu, 25, rue du Lycée, 50200 Coutances, 02 33 45 12 78, linattendu.restaurant. Au programme: Louis Armstrong, Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Duke Ellington, Lester Young, Count Basie, Randy Weston, Ray Charles et quelques autres indispensables du jazz comme Boris Vian dont c’est le centenaire en 2020. sandramiley09@gmail.com
21 juin 2020

The World Stage
Leimert Park, Los Angeles, CA

Club créé en 1989 par le batteur Billy Higgins et le poète Kamau Daaood en tant que lieu de concert mais aussi pour des ateliers d'écriture et de musique préservant l'histoire afro-américaine à Los Angeles, The World Stage se retrouve en difficulté suite à la crise sanitaire. Il propose des concerts gratuits en livestream pour recueillir des dons: theworldstage.org

20 juin 2020Ramona Horvath (p), Jean-Philippe Bordier (g), Nicolas Rageau (b), Philippe Soirat (dm) au Sunside © Jérôme Partage

Des nouvelles du front jazz...
Sunside, Petit Journal St Michel, Baiser Salé (Paris)

Après une première reprise des concerts à la terrasse du Marcounet (voir notre compte-rendu), le jazz revient donc peu à peu à la vie à Paris. Le 19 juin, la scène intérieure du Sunside a accueilli une jam-session particulièrement festive, animée par le trio de Ramona Horvath (p, très familière du club) avec Nicolas Rageau (b) et Philippe Soirat (dm). Le public et les musiciens étaient nombreux pour ce rendez-vous au goût d'une liberté enfin presque retrouvée. Jean-Philippe Bordier (g), Eric Breton (ts), Esaie Cid (as), Lucas Michenaud (g), Dave Bristow (p), Alex Gibson (b), Paul Morvan (dm), Kristina Ray (voc), Thomas Duvigneau (p), Hiroshi Murayama (p) et Manu Le Prince (voc), entre autres, ont participé au bœuf: un grand réconfort pour tous et pour l'équipe du Sunside. La fête continue (informations: sunset-sunside.com).
Par ailleurs, des musiciens ont pris l'initiative de jouer devant le Petit Journal St Michel attirant les danseurs sur le boulevard comme à la Libération. L'après-midi du 13 juin, c'était le Megaswing de Stéphane Roger; le 21 juin, entre 15h et 18h, Pauline Atlan et Patrick Bacqueville animeront le bal.
Enfin, le 23 juin,
ce sera au tour du Baiser Salé de renouer avec la chaleur du live, avec le trio de Dominique Fillon (23-24) et Etienne MBappé (25-27). Informations: lebaisersale.com

19 juin 2020

Ystad Sweden Jazz Festival 2020
Ystad (Suède) / 30 juillet - 2 août 2020

Le festival du sud de la Suède confirme la tenue de son édition 2020 et sa volonté de soutenir les musiciens avec 10 concerts en livestream (à voir sur son site) donnés dans son joli théâtre à l'italienne et à l'hôtel Ystad Saltsjöbad devant un public restreint, dont une belle soirée qui réunira, le 30 juillet, Scott Hamilton, Ulf Wakenius et Jan Lundgren. D'autres concerts sont également prévus dans d'autres lieux.
Informations: ystadjazz.se
19 juin 2020

Danse online
21 juin 2020

Le 21 juin à 22h (heure française), le Duke Ellington Center for the Arts (situé au 221 Duke Ellington Boulevard, New York) propose un spectacle en livestream porté par le duo entre la danseuse et chorégraphe Mercedes Ellington (petite-fille du Duke) et le tap-dancer Tony Waag qui se produiront accompagnés d'un orchestre. Pour le visionner, il faut s'inscrire sur: https://us02web.zoom.us/meeting/register/tZAodemgrjIuGtYL9rvGaaszP2-IPdUOF2Pg

19 juin 2020

Marseille Jazz des Cinq Continents 2020
Marseille - du 24 juin au 23 août 2020

A défaut de pouvoir se tenir dans ses quartiers habituels et avec la programmation initialement prévue, le festival de Marseille organise une série de concerts durant l'été (avec une jauge réduite) à la Villa Gaby (quartiers Sud): informations: villagaby.org du 24 juin au 22 juillet, au Mucem (informations à partir du 15/7: mucem.org) les 16, 19 et 23 août, ainsi qu'un ciné-concert à L'Alhambra (quartiers Nord) avec la fanfare Deep So Big suivie de la projection de Mo' Better Blues de Spike Lee le 28 juin à 10h30 (informations: cinema.alhambra13@orange.fr).

19 juin 2020

Jazz à Vienne 2020
Vienne (38) / 25 juin - 11 juillet 2020

Jazz à Vienne propose une édition 2020 «limitée
», soit deux concerts (sans public) retransmis en direct du Théâtre Antique le 2 juillet (Ballaké Sissoko & Vincent Ségal, suivis du trio d'Eric Legnini), et la rediffusion, dans plusieurs bars, cafés et restaurants de Vienne, de captations issues des précédentes éditions du festival. On a du mal à imaginer en quoi un amphithéâtre est plus dangereux qu'un café, mais le jazz, et plus largement les activités collectives, par écran interposé sont la norme imposée et déjà la mode.
Informations: jazzavienne.com

19 juin 2020

Hommage à Ellis Marsalis
Snug Harbor, New Orleans, LA

Pour honorer la mémoire d'Ellis Marsalis qui jouait tous les vendredis soirs à 20h depuis trente ans au Snug Harbor, club historique de New Orleans, le club propose sur ce même créneau, une série livestream «E-Day Live
» seulement ouverte aux réseaux de contrôle social, sans accès libre-ouvert par YouTube, ce qu'on regrette. Quand les acteurs du jazz auront compris que les réseaux fermés (sectaires plus que sociaux) tuent le jazz, on aura fait un plus grand pas pour l'humanité que l'autre Armstrong sur la lune. Les dons soutiennent les nombreux musiciens participants, parmi lesquels les proches d'Ellis Marsalis bien entendu, dont Jason Marsalis (26/6), Delfeayo Marsalis (3/7) et Victor Goines (12/7)...
Informations: nojc.org

16 juin 2020

Smalls-Mezzrow
Spike Wilner communique

«Hier marquait 90 jours de fermeture des deux clubs. Tout mon personnel a été licencié. 450 groupes annulés (nous avions cinq groupes par jour entre les deux clubs). Les fonds du prêt PPP (Paycheck Protection Program: programme de soutien aux salaires pour les PME) à ce jour sont maintenant utilisés-8 semaines de paie. Nos propriétaires exigent sans équivoque un loyer. Nous n'avons obtenu aucun soutien de la ville et peu d'informations ou de conseils sur la date de réouverture et dans quelles conditions. Tout notre soutien est venu de la base –les fans de jazz qui nous aiment et les courageux musiciens qui ont choisi de jouer en direct du club au cours des deux dernières semaines.» Traduction de la newsletter du 16/6 de Spike Wilner. Contact: smallslive.com

16 juin 2020

Jammin' for New Orleans
Ascona, Suisse / 26-27 juin & 2-4 juillet 2020

Annulé comme tant d'autres festivals dans le monde, JazzAscona propose une alternative, soit deux week-ends de concerts: les 26-27 juin à la Fondation Majid, où deux groupes joueront en live tandis que des artistes de La Nouvelle-Orléans se produiront en streaming; et les 2-4 juillet qui réuniront une quinzaine de groupes jazz new orleans, swing, blues ou latin de la région aux terrasses des cafés, restaurants et hôtels d'Ascona.
Informations: https://www.jazzascona.ch/fr/program/Jammin--for-New-Orleans.html


16 juin 2020

Catherine Russell
Dot Time Records

Après son excellent Alone Together (2018), Catherine Russell fait paraître, toujours chez Dot Time Records, un single «You Reap Just What You Sow», un beau blues écrit par la chanteuse Alberta Hunter (1895-1984) pour le film de Robert Altman, Remember My Name (1978). Ce morceau est distribué uniquement sur support numérique et les revenus générés seront intégralement reversés à la Jazz Foundation of America pour alimenter son fonds Covid-19.

11 juin 2020

Lille Piano(s) Festival 2020
12-14 juin 2020

Le festival de piano de Lille, qui a maintenu sa programmation en optant pour une édition 2020 en ligne et gratuite, propose, pour sa partie jazz: Xavi Torres (p) Trio le 12 à 19h,
Lucienne Renaudin Vary (tp)/Félicien Brut (acc) le 12 à 20h, Erik Truffaz (tp) /Estreilla Besson (p) le 12 à 22h, Izvora Quintet le 13 à 22h35 et Dan Tepfer (p) le 14 à 21h. On pourra également entendre, dans un registre classique (250e anniversaire de Beethoven), le pianiste de jazz Paul Lay le 13 à 20h30. Les concerts seront diffusés en direct sur la chaîne Youtube de L'Orchestre National de Lille et resteront disponibles:
https://www.youtube.com/channel/UCDXlku0a3rJm7SV9WuQtAdw


11 juin 2020

Keystone Korner online

Le 13 juin à 21h (heure française), le Keystone Korner (Baltimore, MD) propose un concert online, en forme de «vibes summit
», avec Joe Locke et Warren Wolf.
Tickets et informations: keystonekornerbaltimore.com


6 juin 2020

Jazzaldia 2020
San Sebastian (Espagne) / 22-26 juillet 2020

La 55
e édition du festival Jazzaldia de San Sebastian aura bien lieu avec une programmation remaniée. Parmi les artistes annoncés: Iñaki Salvador, Jorge Pardo, Chano Domínguez, Perico Sambeat, Javier Colina, Antonio Serrano, Sílvia Pérez Cruz ou encore Joachim Kühn.
Informations: jazzaldia.eus/fr
6 juin 2020

Hommage à Les Paul

Les Paul (1915-2009) aurait eu 105 ans le 9 juin. Pour lui rendre hommage, le Mahwah Museum, dans le New Jersey, organise trois concerts en ligne, dont celui du guitariste de jazz Lou Pallo le 9 juin à 22h (heure française): https://www.youtube.com/watch?v=-vnCJzQhp2Q

6 juin 2020

The Sound 88.7 WSIE
St Louis, MO (USA)

La radio publique historique jazz-blues-R&B de St Louis, MO (soutenue par la Southern Illinois University Edwardsville) créée en 1970 et d'abord connue sous le nom de WSIE, puis Jazz Station et enfin The Sound depuis 2016, avait déjà perdu 100% de son financement public en 2018. Alors qu'elle était en train de remonter la pente, la nouvelle crise sanitaire a fini d'effondrer ses finances, ce qui menace sa survie. Jason Church, son directeur, lance une campagne de levée de fonds pour maintenir la diffusion: #saveWSIE.
Informations: www.siue.edu/wsie/support

5 juin 2020

Reprise des concerts au Sunside
Paris / 22 juin 2020

Le Sunset-Sunside, qui a déjà rouvert sa terrasse le 2 juin, est le premier club parisien à annoncer une reprise des concerts en présence du public. Le redémarrage interviendra le 22 juin, jour où les salles de spectacle sont de nouveau autorisées à fonctionner en Ile-de-France avec l'obligation de se soumettre à des mesures parfois ubuesques. Le Sunside (le Sunset, en sous-sol, restant pour le moment fermé) accueillera ainsi une jam-session animée par David Sauzay (ts). A retenir: Isabelle Seleskovitch (24/6), Fabien Mary (29/6: jam-session) et, dans le cadre du traditionnel Festival Pianissimo, Jacky Terrasson (3-4/7), Paul Lay (7-8/7), Fred Nardin en trio avec Leon Parker (10-11/7), Alain Jean-Marie (15-16/7), Giovanni Mirabassi (17-18/7), Laurent de Wilde (23-24/7), Pierre de Bethmann (4-5/8) ou encore Baptiste Trotignon (7-8/8).
Informations: sunset-sunside.com

4 juin 2020

Reprise des concerts au Village Vanguard
New York, NY / 13 juin 2020

Le Village Vanguard, qui a fêté ses 85 ans le 22 février dernier, va enfin reprendre une activité de concerts à partir du 13 juin. A l'image du Smalls, il s'agira de concerts en streaming, sans public. Ils seront diffusés en direct le samedi (1h du matin, heure française) et le dimanche (20h, heure française). L'accès (payant) se fera par le site internet du club. Sont ainsi annoncés: Billy Hart Quartet (13-14/6), Vijay Iyer Trio (20-21/6), Joe Martin Quartet (27-28/6), Joe Lovano Trio (4-5/7).  
Informations: villagevanguard.com
3 juin 2020

Smalls, New York
Annulation du concert de Johnny O'Neal

Que font les Afro-Américains pour crier leur douleur, affirmer leur identité humaine? Ils chantent le blues; depuis des siècles. Qu’a fait le Smalls, à New York, le mardi 2 juin pour répondre à l’émotion suscitée par le meurtre de George Floyd par un policier le 25 mai à Minneapolis? Il a fermé ses portes, installé le silence. Sous la pression des réseaux sociaux relayant le mot d’ordre créé par l’industrie musicale pour s’élever contre le racisme, «Blackout Tuesday», Spike Wilner a annulé le deuxième concert de la série «Get the Cats Working Again» (voir ci-contre). Le couvre-feu décrété le 1er juin (20h-5h), et prolongé jusqu’à dimanche, n’a pas arrangé les choses. Mardi après-midi, sollicitant l’avis des musiciens sur Facebook (une entreprise de contrôle social à la solde des puissants) où il est très actif, Spike Wilner s’est heurté aux mêmes réactions. Maintenir le concert? Trop risqué. Jouer en décalant les horaires? Trop dangereux. Peu de voix se sont élevées en faveur du maintien du concert en dehors de Jeremy Pelt. Le gig de Johnny O’Neal a donc été annulé en accord avec le pianiste.
La peur l’emporte, les «bons» sentiments aussi et plus largement tous ces moutons humains soumis aux algorithmes et aux prédateurs qui les manipulent et exploitent leurs peurs. C’est d’autant plus triste que par la profondeur de son expression artistique et ses racines gospel, Johnny O’Neal était la personne idéale pour rassembler les musiciens, la communauté afro-américaine et les amateurs de jazz du monde, et rappeler, une fois de plus, et par tous les moyens possibles, que le jazz reste d'abord la musique de la liberté d'expression, de la démocratie et des valeurs humanistes. 
Nous sommes Jazz et Hot pour rappeler depuis 1935 que l'expression est le fondement même du jazz et qu'une oppression, autrement plus forte, l'esclavage et la ségrégation institutionnelle, n'ont pu réduire au silence les victimes, comme ses prolongements en 2020, le racisme, la ségrégation raciale et sociale, aux Etats-Unis et en France (par exemple), n'ont pu réduire au silence ceux qui en souffrent dans leur chair, malgré tous les prétextes. Le Smalls/Spike Wilner, dont nous soutenons l’indépendance mise à mal par ceux dont il fréquente les réseaux, a été très mal inspiré, comme tous ceux qui ont contribué à cette annulation par manque de courage. 
Les concerts seront désormais diffusés en direct à 21h30-23h (heure française)
smallslive.com

2 juin 2020

Live from our living rooms
3-14 juin 2020

Le Creative Summit & Fundraiser organise jusqu'au 14 juin des workshops et concerts en ligne avec notamment Terri Lyne Carrington, Chris Potter, Rufus Reid, Jonathan Blake, Cécile McLorin-Salvant, Miguel Zenon, Marcus Printup, Jane Ira Bloom ou encore Orrin Evans.
Informations: livefromourlivingrooms.com

1er juin 2020

Reprise des concerts en terrasse
Paris

La réouverture, le 2 juin, des terrasses des cafés et restaurants parisiens va permettre une timide reprise des concerts live, sans écrans interposés (rappelons que les clubs restent contraints à la fermeture jusqu'à nouvel ordre). Ainsi, la Péniche Le Marcounet reprend sa programmation à 18h dès le 3 juin. A signaler: Esaie Cid (as) le 7 juin, et Larry Browne (tp, voc) le 9 juin. https://www.peniche-marcounet.fr/agenda
L'altiste barcelonais sera également à l'affiche des 
Jeudis Jazz du Restaurant du Palais Royal le 11 juin (4 au 9 juillet, 19h30) où l’on découvrira en juin Nicholas Thomas (4), Jean-Baptiste Franc (18), Daniel Garlitsky (25): https://restaurantdupalaisroyal.com/jeudis-jazz

31 mai 2020

Reprise des concerts au Smalls
New York, NY / 1er au 7 juin 2020

Si le Smalls reste fermé au public, il reprend une programmation par écran du 1er au 7 juin: Joe Farnsworth (1), Johnny O'Neal (2), Peter Bernstein (3), Joe Magnarelli (4), Jason Tiemann (5), Josh Evans (6) et Bruce Harris (7). Les musiciens sont rémunérés pour ces concerts qui bénéficient d'un sponsoring et peuvent être suivis en direct sur le site du Smalls (après inscription): https://www.smallslive.com/events/live-stream
30 mai 2020

Les années 68

Il s’agit d'un documentaire de Don Kent, (194 min., 2018, Allemagne-France-Norvège) en deux parties, actuellement disponible sur Arte: partie 1, La vague (1965-1969) et partie 2, L'explosion (1970-1975). Il remet intelligemment en lien tous les aspects de la vie, allant de la politique aux arts, dont la musique, sur tous les pôles géographiques s’entraidant à travers la planète. Le réalisateur explique ainsi comment cette période (1965-1975), avec comme point culminant l’année 1968, a été celle d’une libération des carcans des rapports de dominations qui ont  parfaitement récupéré les pouvoirs (du public au privé) dès 1945. 
Voir chronique dans Jazz Lives!/Movies
.

https://www.arte.tv/fr/videos/072424-001-A/les-annees-68-1-2
https://www.arte.tv/fr/videos/072424-002-A/les-annees-68-2-2
Marshall Allen (as), Craig Haynes (dm), Cafe Oto, Londres, 23 août 2013 © Mathieu Perez
24 mai 2020

Happy Birthday Marshall Allen!

Demain, 25 mai, Marshall Allen (Jazz Hot n°595) fête son 96e anniversaire. Fidèle parmi les fidèles de Sun Ra, le saxophoniste alto multi-instrumentiste (cl, fl, oboe, perc, piccolo, voc) aura consacré plus de 60 ans de sa vie au Sun Ra Arkestra. Né le 25 mai 1924 à Louisville, dans le Kentucky, Allen s’engage à 18 ans dans la 92e division d'infanterie composée uniquement de soldats afro-américains. Déployés en Italie, les «Buffalo Soldiers» libèrent la Sicile puis Naples et l’Italie du Nord. Après la guerre, Allen est à Paris où il étudie au Conservatoire de musique (grâce au «G.I. Bill») jusqu’en 1949, fréquentant les musiciens de jazz américains expatriés ou de passage, James Moody, Don Byas, Coleman Hawkins, etc. En 1951, il repart aux Etats-Unis et s’installe à Chicago. Un jour qu’il se trouve chez Joe Segal, le producteur du Jazz Showcase et aussi disquaire lui conseille d’écouter un disque de Sun Ra. De retour le lendemain pour en savoir plus sur le pianiste, Segal lui indique son adresse dans le South Side. A partir de 1958, date à laquelle il intègre l’Arkestra, il est de toutes les aventures musicales du pianiste, chef d'orchestre et de communauté. A la mort de Sun Ra en 1993, l’Arkestra est dirigé par John Gilmore, qui disparaît deux ans plus tard. Allen lui succède alors comme directeur musical. Toujours très actif et toujours en tournée avec le groupe, Marshall Allen se produisait à Paris en mai et en octobre 2019 au New Morning. 
Quelques extraits du concert à Paris en mai 2019: 
https://youtu.be/dBiE1ePLL1Y et https://youtu.be/ab5VPqb-NAI
Un concert à voir en entier du Sun Ra All Stars (1983): https://youtu.be/vAVXGWEumUc

En outre, à l'occasion de l'anniversaire des «arrivées sur terre» de Sun Ra (le 22 mai) et de Marshall Allen, le site de l'association communautaire de promotion du free jazz, Arts for Art, propose, jusqu'au 26 mai, sur son site, le visionnage du dernier concert de l'Arkestra, le 4 mars dernier, contre un don en soutien à l'orchestre. Par ailleurs, une discussion en ligne avec Marshall Allen est également programmée le 24 mai au soir (0h30 heure française):

24 mai 2020

Un documentaire inédit sur New Orleans à voir en ligne
Jusqu'au 15 juin 2020