Err

bandeau-anniv-2020.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Eddy Davis

7 avril 2020
26 septembre 1940, Lafayette, IN – 7 avril 2020, New York, NY
© Jazz Hot 2020

2005-The Life and Times of Eddy Davis





Eddy Davis, dit «The Manhattan Minstrel», est un banjoïste, chanteur et multi-instrumentiste de jazz traditionnel, également arrangeur et producteur. Il est notamment connu pour avoir été le directeur musical de la formation new orleans du cinéaste et clarinettiste Woody Allen avec lequel il se produisait chaque semaine. Il est décédé du covid-19, le 7 avril, au Mount Sinai West Hospital de New York. Il avait 79 ans.

 

 

Eddy Davis est né à Lafayette dans l'Indiana, et il a débuté la pratique du banjo pendant sa dernière année au lycée pour pouvoir jouer du dixieland dans un groupe de collégiens appelé «les Salty Dogs» (1958). Cet ensemble, basé à Purdue, a joué dans tout le Midwest. Il a fait les premières parties des Four Freshmen et du Kingstone Trio. C'est le pianiste John Cooper qui lui a enseigné le répertoire dixieland. Eddy Davis s'installe ensuite à Chicago et se produit dans des clubs comme le Gaslight et le Bourbon Street. Il étudie un peu à la Chicago School of Music. Très vite, il diversifie ses activités. Ainsi, il collabore avec l'acteur David Huddleston. En 1966, il enregistre un premier disque sous son nom, Live! at the Old Town Gate, à la tête de ses Eddy Davis Dixie Jazzmen, auxquels contribuent Jack «The Bear» Brown (tp) et Wayne Jones (dm). En 1967, Eddy Davis part pour Los Angeles et y ouvre un club, The Fire Station Inc. Il s'investit dans la production de spectacles, Hello Dolly puis Mame (1968). Il lance ensuite le trio Banjo Unlimited; à trois, les musiciens jouent trente-six instruments! En 1969, il se fixe à New York et travaille comme musicien «maison» du Peer-Southern au building Brill. Il commence aussi à jouer avec les Village Stompers. En 1971, il forme un duo avec Tina Kaplan (voc). En tournée pour Your Father's Mustache, Eddy Davis revient à Los Angeles l'année suivante. Il crée une Dixieland Revue à Disneyland et se joint aux Firehouse Five en jam sessions. C'est à cette époque qu'il rencontre Dan Barrett (tb) et Hal Smith (dm) ainsi que Banu Gibson (voc). Sorti en 1974, son disque Just for Fun, sollicite le répertoire de Jelly Roll Morton et des musiciens comme Jackie Coon (tp, flh), George Probert (cl, ss) et Bobby Gordon (cl). En 1975, il joue dans le groupe Salt City Six qui se produit avec Don Ewell (p). Il joue même de la batterie au sein des premiers Nighthawks du saxo basse Vince Giordano. Il orchestre et dirige aussi une comédie musicale pour Terry Waldo. Au club Red Blazer Too, Eddy joue plusieurs fois par semaine avec divers artistes dont Carmen Mastren (g) et Dick Wellstood (p). Puis, Eddy Davis réunit une équipe internationale avec René Franc (ss, cl) et Herbert Christ (tp) qui donne un disque réalisé à Francfort (1976, New York Jazz J005). Le 30 mars 1977, à l'Unitarian Fellowship Meeting Hall de Gainesville en Floride, son Hot Jazz Orchestra enregistre un excellent disque en trio inhabituel (John Thomas, tp, Howard Smith, tu). Le 18 septembre 1978 à New York, Max Kaminsky (tp) participe à trois titres de son album Jazzology 67 en compagnie de Dill Jones (p) et Vince Giordano (tu, bs). En 1979, il se retrouve chez Turk Murphy (tb) au Earthquake McGoon's pour remplacer John Gill au banjo tandis que lui prend la place de Bob Helm à la clarinette. 


1976-Eddy Davis and the Hot Jazz Orchestra of Europe


En 1980, Eddy Davis sert de directeur musical d'un groupe de douze musiciens pour la tournée Whoopee. C'est en 1981 qu'il lance avec Lew Micallef le label New York Jazz. Et en 1982, il produit sur ce label un album consacré au batteur vétéran Freddie Moore. Cette année là, il joue aussi pour Jabbo Smith. En 1983, l'excellent Don Ewell (p) ainsi que Jack Maheu (cl) collaborent à son disque de standards pour le label Jazzology. En cette même période, et à nouveau au Red Blazer Too, Eddy se produit avec Cynthia Sayer (bjo, Jazz Hot n°598) et Pete Compo (b). C'est avec Cynthia Sayer également qu'il fonde le New York Banjo Ensemble qui enregistre en 1984 un album consacré à George Gershwin. Cet ensemble original a employé outre Cynthia et Eddy, Mike Vignola et son fils Frank, Frank Rossi, Howard Alden et Bill Keller. Eddy est d'ailleurs crédité d'innovations sur le banjo sponsorisées par OME. Lorsque le chef d'orchestre Maurice Peress organise un hommage au concert de Paul Whiteman de 1924 à l'Aeolian Hall, il convie Eddy Davis au banjo pour cette reconstitution (1984). On voit ensuite Eddy Davis collaborer avec Leon Redbone (Mr Belvedere) et Tom Wait (hommage à Kurt Weill).

En 1993, son album The Bunk Project, à la tête du New York Jazz Ensemble dans lequel Peter Ecklund (tp) joue trois titres, est en fait un hommage à George Lewis grâce à la clarinette de Woody Allen. Eddy et Woody se sont connus à Chicago dans les années 1960 lorsqu'Eddy gérait un club sur Rush Street. Pour Woody Allen, Eddy joue dans la bande sonore du film Radio Days (1985) et il apparaît à l'écran comme membre d'un orchestre dans Sweet and Lowdown (sorti en 1999). Enfin, il a reçu un Grammy Award pour sa contribution à la bande sonore de Midnight in Paris de Woody Allen (sorti en 2011). Après l’album The Bunk Project, Eddy joue avec les John Gill's Dixieland Serenaders. Mais il est surtout pris par une tournée de Woody Allen en Amérique du Sud, puis en Europe en 1997 qui donnera le film Wild Man Blues. En 1999, Eddy Davis monte tout de même un orchestre qui s'est produit toutes les semaines au Café Carlyle et au restaurant The Cajun. Il y employait l'excellent Scott Robinson au C-melody sax, mais aussi Orange Kellin (cl) et Conal Fowkes (p). En 2001, il est membre du Louis Armstrong Centennial Band de David Ostwald. Ensuite, Eddy Davis est occupé par toutes sortes d'activités théâtrales comme la direction d'orchestre et l'arrangement. Il a même écrit le spectacle The Blind Man ainsi que des œuvres classiques et lyriques.

Pour Scott Robinson, il était «un vétéran des anciens temps à Chicago lorsque la musique était hot, joyeuse, exubérante et inconsciente (unselfconscious). Eddy était aussi ce qu'on appelait autrefois un "personnage": affable, opiniâtre, hilarant et irascible à la fois, et surtout très passionné par la musique.»
Quant à sa collègue banjoïste, Cynthia Sayer, elle se souvient 
d'Eddy Davis «comme l'un des principaux banjoïstes de jazz de notre époque. Eddy et moi avons travaillé ensemble ponctuellement pendant plus de trente ans, dont plus de dix ans comme membres fondateurs du groupe de jazz de Woody Allen (dont il était directeur musical) en tant que co-fondateurs du New York Banjo Ensemble et en tant que co-créateurs du New Spike Jones Orchestra. Eddy était un banjoïste ténor extraordinaire, ainsi qu'un multi-instrumentiste et un chanteur. Son approche du banjo –un instrument souvent mésestimé en jazz–, allait au-delà de la virtuosité technique: il jouait avec intégrité, sophistication et style à tout moment. Il nous manquera énormément pour son influence musicale dans la scène jazz traditionnel et dans la communauté banjo, ainsi que pour sa foisonnante culture jazz.»


Michel Laplace



SELECTION DISCOGRAPHIQUE

Leader

LP  1966. Eddy Davis Dixie Jazzmen, Live! At The Old Town Gate, Blackbird 12001

LP  1973. Eddy Davis & Whiz Bang, Electric Lemon PLP 1908

LP  1974. Plays Ragtime, Pa Da 7401

LP  1975. Plays and Sings Just for Fun, Pa Da 7402

LP  1976. Eddy Davis and the Hot Jazz Orchestra, Jazzology 88

LP  1976. Eddy Davis and the Hot Jazz Orchestra of Europe, New York Jazz J-005

LP  1978. Eddy Davis and the Hot Jazz Orchestra. Vol 1, Jazzology 67

LP  1982. Play for Me a Love Song, New York Jazz J-006

LP  1984. New York Banjo Ensemble, Plays Gershwin, Kicking Mule 224 (coleader Cynthia Sayer)

CD 2005. The Life and Times of Eddy Davis. Vol. 1 à 3, New York Jazz NYJ006-007-009


1973-Eddy Davis & Whiz Ban1974-Eddy Davis, Plays Ragtime1975-Eddy Davis, Plays and Sings Just for Fun1984-New York Banjo Ensemble, Plays Gershwin
1993-New York Jazz Ensemble, The Bunk Project1998-Woody Allen, Wild Man Blues2005-Davis, Allen & Fowkes2005-The Life and Times of Eddy Davis. Vol. 1

Coleader avec Woody Allen

CD 1993. New York Jazz Ensemble, The Bunk Project, Limelight 514 937-2

CD 1998. Woody Allen & His New Orleans Jazz Band, Wild Man Blues, RCA Victor ‎09026-63353-2

CD 2005. Davis, Allen & Fowkes, New York Jazz NYJ001 (avec Conal Fowkes)

 

Sideman

LP  1982. Freddie Moore, The Great Freddie Moore, New York Jazz J-001

LP  1983. Stanley's Washboard Kings 1983 Japan Tour, New York Jazz J-007

LP  1983. Benko Dixieland Band, Side by Side, Krém SLPX 17764

 

DVD 1997. Wild Man Blues de Barbara Kopple, TF1 Vidéo

DVD 2007. Eddy Davis & Conal Fowkes, Live in Concert



VIDEOS

Chaîne YouTube d'Eddy Davis
https://www.youtube.com/channel/UC4QBfmrDd4tKTwP6wFNcQ3A

1983. Eddy Davis & Cynthia Sayer (bjo), «Crazy Rhythm», émission TV

https://www.youtube.com/watch?v=YGSl35gZ7nI

 

1997. Extrait du documentaire Wild Man Blues de Barbara Kopple

Woody Allen (cl) & His New Orleans Jazz Band, Eddy Davis (bjo), Dan Barrett (tb), Cynthia Sayer (p)

https://www.youtube.com/watch?v=yDiI8CVI7jE

 

2006. Eddy Davis & Friends, The Cajun, New York, NY

Eddy Davis (bjo), Scott Robinson (c-melody sax), Michael Hashim (ss), Conal Fowkes (p, voc), Dmitri Kolesnikov (b)

https://www.youtube.com/watch?v=dRCY5YKPFLY&feature=emb_logo

 

2007. Eddy Davis (bjo, voc) & Conal Fowkes (p), «La Vie en rose», Barcelone (extrait du DVD)

https://www.youtube.com/watch?v=z8-z0CShNAI

 

2016. Woody Allen & Eddy Davis Jazz Band + Chick Corea, Carlyle Café, New York, NY

Feat. Woody Allen (cl), Eddy Davis (bjp, voc), Conal Fowkes, Chick Corea (p)

https://www.youtube.com/watch?v=FQNA9JY4C0I


*