Err

pubentetesite-OK.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Perico Sambeat

10 juin 2013
Elàstic
Perico Sambeat © Jazz Hot n°664, été 2013

Nouveauté-Indispensable
Nereida, Elàstic, Ouija, La 7e Esfera, No Te Aguanto Más, Conato De Mantener Intacta Y Central Une Reserva Incalculable De Luz, Android, Dilema, Bugalú
Perico Sambeat (as, ss), Thomas Bramerie (b), Jeff Ballard (dm), Eric Legnini (p), Andre Fernandes (g)
Enregistré en 2011, Valence (Espagne)
Durée : 58’
Karonte/Nuba 7838 (www.karonte.com)

Trop peu connu en France, Perico Sambeat, saxophoniste né en 1962 à Valence, en Espagne, s’est entouré de musiciens brillants pour enregistrer les neuf compositions originales de son nouvel opus, Elàstic. L’album, riche en mélodies, solos éclatants et dynamiques multiples, commence très fort dès le premier titre qui impose du straight-ahead jazz de grande qualité. Les compositions cadrées laissent toute la place aux musiciens de s’exprimer. Le lancement au saxophone, l’accompagnement ferme du piano comme celui de la batterie installent dans « Nereida » une atmosphère jazz à toute épreuve dans laquelle l’auditeur goûte la personnalité de chacun. Sambeat s’est entouré de musiciens qu’il fréquente depuis son séjour à New York, en 1991, pour se former à la New School for Jazz & Contemporary Music – période à laquelle il se lia aussi à Mark Turner, Joshua Redman, Brad Mehldau– qui, comme lui, ont émergé dans le courant de cette décennie. Par contraste, « Elastic », avec la guitare wah wah de Fernandes et le piano électrique de Legnini, et les effets électroniques mesurés, ajoutent des sonorités hybrides et élastiques à l’album sans jamais tomber dans la gratuité. Retour à l’ambiance club de jazz new yorkais avec « Ouija ». Dans cette ballade menée par Sambeat et Legnini, au jeu sensible et consistant, le contrebassiste français articule un solo raffiné, que l’on apprécie d’autant plus qu’il est quelque peu effacé par Sambeat, Legnini et Ballard ; sa contribution n’en reste pas moins constitutive de l’excellence de l’album. Puis, Ballard, plus nerveux, entame « La 7e Esfera ». Sambeat plane, l’improvisation toujours riche et inépuisable au milieu de laquelle le guitariste portugais Fernandes rayonne. Dès que le pianiste belge entame « No Te Aguanto Más », un groove lumineux s’installe. Porté par l’énergie du saxophoniste, il donne libre cours à son sens de la musicalité, avec son phrasé aiguisé et sa précision impeccable. « Conato De Mantener Intacta Y Central Une Reserva Incalculable De Luz » est le morceau le court de l’album. Transition, intermède, répit, au choix. Epaulé par Ballard aux cymbales qui intensifie les compositions de Sambeat par une dynamique précieuse, le saxophoniste flotte entre contemplation et chant du lointain. Retour à la réalité avec « Android », l’occasion de solos segmentés de Sambeat, Legnini et Fernandes. « Dilema » et « Bugalú » concluent l’album en beauté dans un dernier mouvement généreux. Elàstic est une session efficace, qui témoigne du savoir-faire du leader et compositeur Perico Sambeat, hélas trop peu présent sur les scènes françaises.
Mathieu Perez