Err

PUB-VannesHaut2022.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Maraca and His Latin Jazz All Stars

30 oct. 2013
Théâtre du Châtelet, Paris, 14 octobre 2013
© Jazz Hot n°665, autumn 2013

Une première en France : le Latin Jazz All-Stars, qui réunissait sous la houlette du flûtiste et maître de cérémonie Orlando Maraca d’excellents musiciens cubains et américains, s’est produit sur l’imposante scène du théâtre du Châtelet lundi dernier pour un mémorable concert.
Le projet datait du début des années 2000, mais les aléas de la politique migratoire américaine ont repoussé de presque une décennie sa réalisation. Après un premier concert au festival de Monterey en 2008, c’est à Cuba que s’étaient réunis trois ans plus tard les musiciens américains et cubains, au Grand Théâtre de La Havane, pour un concert historique qui engendra une tournée internationale puis un album, Reecuentros, sorti en France en juillet.
         
La distribution est exemplaire : aux côtés d’Orlando Valle "Maraca" (fl, picc), on retrouve les complices de la première heure Giovanni Hidalgo (perc), Horacio "El Negro" Hernandez (dm), Rafael Paseiro (b) et Brian Lynch (tp), accompagnés pour l’occasion de Steve Turre (tb), Grégory Privat (clav), Irving Acao (as), Harold Lopez-Nussa (p) et en invité spécial le pianiste cubain Gonzalo Rubalcaba.
En véritable chef d’orchestre, Orlando Valle, tout de blanc vêtu, dirige de main de maître ses musiciens. Si l’on peut regretter l’absence des cordes, insuffisamment remplacées par le clavier – nonobstant le talent de Grégory Privat – l’ensemble a conquis un Châtelet tout prêt à se trémousser sur la rythmique latine de la formation. L’ensemble alterne classiques de la musique cubaine (« Serenata cubana », « Los Tres Gulpes ») revisités et hommages de très grande qualité aux jazzmen (« Giant Steps » de Coltrane engendrant un dialogue flûte-piano de toute beauté), avec un somptueux Manteca qui laissa la part belle au percussionniste et au bassiste. On retiendra également l’étonnante introduction au « All Blues » De Miles Davis merveilleusement jouée à la conque – aux conques même – par le trombone Steve Turre.  
Christelle Gonzalo