Err

PUB-VannesHaut2022.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Rossano Sportiello Trio + Warren Vaché

13 mai 2013
Pizza Express, Londres, 12 mai 2013
© Jazz Hot n°663, printemps 2013

Rossano Sportiello Trio + Warren VachéRossano Sportiello est un pianiste rare. Le musicien italien (né en 1974) n’a cessé de nourrir sa passion pour le stride depuis sa découverte du jazz. Et sa passion est partageuse. Avec à ses côtés deux légendes du swing britannique, Dave Green (b) et Steve Brown (dm), qu’il connaît bien par leur collaboration avec Scott Hamilton, Sportiello débute le set avec « Foolin’ Myself » et « Misty » pour se mettre dans le bain. L’introduction en solo puis l’apport progressif de la basse et la batterie apportent une grande douceur et mettent en relief le jeu nuancé et élégant de chacun. Aux premières notes de « Soft Winds », le stride prend les dessus. Les mains de Sportiello glissent sur le clavier sans effort. Il joue avec un naturel et une fraîcheur inégalables. Green et Brown jouent avec bonheur. Le sens du swing et l’excellence technique du trio sont éclatants. Et de poursuivre avec un hommage à Fats Waller puis au Count Basie élève de Waller. « Shiny Stockings », « Blue and Sentimental » et « Shoe Shine Boy » propulsent la soirée sur la planète swing. Ça balance et ça stride très fort ! Au-delà de la performance d’exception, c’est toute une époque qui rejaillit avec sa richesse musicale, sa joie et son sens du partage.
Le second set est l’occasion d’un sitting-in avec le cornettiste américain Warren Vaché. L’improvisation innée, ils flânent avec imagination. Le son puissant de Vaché apportent au quartet beaucoup de chaleur, en particulier dans « Stardust ». La complicité entre Sportiello et le cornettiste est manifeste. Face à l’ogre à l’humour pince-sans-rire, le pianiste jovial décrit leur première rencontre et le remercie encore de sa bienveillance. Si Sportiello aime le stride plus que tout, il reste un fin connaisseur du répertoire classique, comme le montre son interprétation en solo de « Consolation N°3» de Liszt. Après ce moment de grâce, le trio conclut avec « The Very Thought of You ». Un dernier stride. Pour le rappel, Warren Vaché est invité à rejoindre le trio pour un blues. Une performance magistrale.
Mathieu Perez (texte et photos)