Err

PUB-VannesHaut2022.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Jazz in Paris

9 oct. 2012
Printemps 2012

Au Caveau des Légendes, ce beau club dans une cave historique de la rue Jacob à Paris, avait lieu le 7 mars dernier un concert du Paris Repertory Quintet. Emmené par l’excellent Joe Makholm (p), ce groupe explore les œuvres de Horace Silver, Sonny Clark et autres grand compositeurs des années cinquante. L’enthousiasme collectif de Franck Delpeut (tp), Philippe Nadaud (ts), Jean-Louis Carlotti (b) et Pascal Basile (dm) a apporté les vibrations blues nécessaire à cette musique. Les ambiances chaleureuses de ce répertoire conviennent particulièrement à Joe Makholm, soliste remarquable de précision et de swing. Un groupe à découvrir.
Jean Szlamowicz


Au Jazz Club Lionel Hampton du Méridien, le 19 avril, la chanteuse de Houston Diunna Greenleaf a impressionné par sa présence et, plus encore, par sa capacité à raconter une histoire. Les nuances et la conviction du blues se sont imposées dans un cadre qui pouvait paraître austère mais qui s’est révélé l’écrin épuré convenant parfaitement à la vocaliste. Avec John Del Toto Richardson (g, voc), Joshua David (b, voc) et le groove d’une grande souplesse de Vernon Jude Daniels (dm), Diunna Greenleaf a apporté des interprétations denses et sobre de ses propres textes, remplis d’humour et de sensibilité (« I Got a Notion to Leave », « Back Door Man »). Les inflexions soul de l’église (son père était le coach vocal de Sam Cooke) sont venues compléter la virulence cathartique du blues, servi par un naturel scénique sans esbroufe. Une grande artiste !
Jean Szlamowicz

 
L’Unesco a inauguré le 27 avril dernier un International Jazz Day qui reconnaissait l’apport artistique du jazz. L’événement comprenait divers concerts, tables rondes, master-class et expositions (de l’excellent photographe Philippe Lévy-Stab).
Malheureusement, tout cela a vite ressemblé aux comices agricoles décrits avec tant d’ironie par Flaubert. La présence de divers médias, festivals ou labels venus assurer leur propre promotion paraissait déplacée pour la dignité présumée d’une telle manifestation. Les choix artistiques éclectiques avaient valeur de discours sur la « diversité » du jazz. Cela signifie que le jazz se définit selon les idéologues par la seule volonté d’en réclamer l’étiquette (indépendamment de l’histoire de cette musique). Comme cette apologie de la diversité est en réalité un négationnisme culturel (de la spécificité du jazz et de la spécificité des autres cultures), on aura donc vu défiler dans la journée la musique arménienne de Tigran, gnawa de Hamid El Kasri, irakienne de Ilham Al Madfai, ou la variété italienne de Raphael Gualazzi. On aura aussi entendu du jazz manouche avec Swan Berger, ainsi que Riccardo Del Fra, Dominique Fillon, le Berklee Global Jazz Institute, mais aussi, de manière plus distante du jazz, Giovanni Mirabassi, Ibrahim Maalouf, la saxophoniste norvégienne Helene Arntzen et Paul Lay (p). Il semble donc que l’un des critère de sélection pour célébrer le jazz ait été l’éloignement vis-à-vis de la culture du jazz. La bonne surprise était tout de même la présence de la louisianaise Nicole Slack Jones.
Sous les auspices de Herbie Hancock, superstar et ambassadeur de bonne volonté de l'Unesco, la soirée a été consacrée à un concert qui tenait du spectacle de cirque. Certes China Moses a joliment entamé par « Lover Come Back To Me » avec Klaus Doldinger (ts), Gerald Clayton (p), Ben Williams (b) et Terri Lyne Carrington (dm) qui s’est montré remarquable de professionnalisme et de dynamisme (surtout à côté des pauvretés de Manu Katché !). On sauvera également la prestation de Dee Dee Bridgewater avec Herbie Hancock (« Speak Low », avec un Lionel Loueke bavard) et de George Benson avec Gerald Clayton (« My One and Only Love ») ainsi que le bœuf bop final (Benson, Hancock, Hart, Rodriguez…), seul moment authentiquement frais et intense de la soirée. Le medley démarrant sur « Strange Fruit » par Barbara Hendricks (voc) manquait de naturel, contrairement à  Nicole Slack Jones (« God Bless The Child »). Seulement, le reste de la soirée a largement été consacré à des démonstrations de pluralisme culturel car selon le présentateur de radio qui faisait ce soir-là office de maître de cérémonie- philosophe « le jazz est une musique du monde ». On se demande ce que cela signifie hormis l’ouverture vers une vision commerciale intégrée que pratiquent désormais tous les festivals dits de jazz et qui n’en programment plus. Concrètement, cela donne « Caravan » par un improbable groupe où se retrouvent Antonio Hart (as), Mike Rodriguez (tp), Bireli Lagrene, Eric Legnini et Manu Katché (qui étale ses lourdeurs cacophoniques et loupe le pont en swing — visiblement pas son registre). C’est un bœuf désordonné bien en dessous du niveau d’expression qui est celui d’Antonio Hart.
La Russie et l’Azerbaïdjan ont été invitées avec un Igor Butman (ts) très dextérien et Isfar Sarabski (p). Tania Maria (p) a apporté un peu de simplicité et de vivacité.
L’universalité est un bien grand mot quand il ne recouvre en réalité que la dilution dans une spectacularisation  vulgaire, véritable trahison de la profondeur réelle du jazz. L’intervention de Marcus Miller en fut la caricature puisqu’il joua du funk sur une trame orientale avec le bûcheron Manu Katché. Saturation des guitares et harmonies arabisantes : le public, qui n’aime pas le jazz, est en transe. L’audience ébaubie par l’inédit — so chic — du mélange interculturel a adoré Nguyen Lê (g) pratiquant le rock avec une joueuse de koto en costume japonais traditionnel et un joueur de tablas.
Le dispositif politique présentant musiciens alibis afro-américains et musiciens « d’ouverture » est profondément démagogique. Cette soirée a donc instrumentalisé le jazz au bénéfice de sa négation. Le discours implicite étant que l’enracinement culturel doit céder la place à un pseudo-universalisme (conçu comme un assemblage superficiel de passeports le plus variés possibles) et que l’avenir du jazz est ailleurs qu’aux Etats-Unis. Ce discours idéologique — visiblement accepté par la diplomatie américaine — fait du jazz un trésor mondial réduisant sa réalité américaine à une origine lointaine (un proto-jazz imparfait qui serait aujourd’hui dépassé). Dans une frénésie d’exotisme pour mélomanes ignares des beaux quartiers, les musiques du monde ont remplacé le jazz. Cette dynamique simultanément post-coloniale, commerciale, multiculturaliste et anti-américaine excluait visiblement les Harry Allen, Stanley Cowell, Scott Hamilton, Sonny Fortune, Warren Vaché, Kenny Barron, Steve Turre, Mulgrew Miller, Gary Bartz, Bobby Hutcherson… Derrière les discours généreux, les exclusions… Car la diversité a ses limites et l’authenticité n’y est pas la bienvenue. Or, ce soir-là, il fallait des stars, des paillettes et du dépaysement.
Jean Szlamowicz


Après son passage au Caveau de La Huchette où il a soufflé les bougies de son 77e anniversaire, Ted Curson (tp, flg, voc) est intervenu lors du festival de littérature américaine & Now 2012 qui se tenait à la Sorbonne et à l’Institut Charles V. Outre des interventions des écrivains Robert Coover et Harry Matthews, on aura donc pu entendre l’une des grandes figures de la trompette moderne.  Le 9 juin, dans l’amphithéâtre Quinet, Ted Curson s’est exprimé en sollicitant l’univers de Mingus (« Better Git Hit in Your Soul », « Tears for Dolphy ») et de Monk (un « Straight No Chaser » très rapide, « Round Midnight »), abordant également les rivages festifs de « Cantaloupe Island ». Toujours en verve, Ted Curson garde ses attaques perçantes et son registre expressif mordant. Il est aussi un superbe mélodiste sur les ballades. Il était magnifiquement soutenu par Joe Makholm (p, tb), disciple de Sonny Clark d’une grande élégance, aux solos toujours construits avec précision. Non seulement Nicola Sabato (b) est un excellent soliste dans la veine de Ray Brown, mais sa présence rythmique fut remarquable, servant d’ancrage vigoureux et nerveux, libérant ainsi le drumming très inventif de John Betsch qui joue autour du temps avec une maîtrise somptueuse. Une rencontre entre quatre individualités qui ont visiblement pris beaucoup de plaisir à dialoguer.
Jean Szlamowicz