pubentetesite
Actualités
Rechercher   << Retour

Allan Holdsworth

16 avril 2017
6 août 1946, Bradford, GB - 16 Avril 2017, Vista, CA
© Jazz Hot n°679, printemps 2017

Allan Holdsworth © David Sinclair






Allan Holdsworth, compositeur, guitariste anglais, toujours aux frontières du jazz et du rock, à l’égal de Larry Coryell, qui lui aussi vient de nous quitter, a mené une carrière aux croisements des styles. Il amené les puristes du rock à regarder vers des horizons plus jazz et côtoyé aussi bien rockers que jazzmen de premières lignes. Découvert auprès du batteur anglais John Hiseman, c’est avec un autre batteur, cette fois américain, Tony Williams, qu’il empruntera des voies plus originales. Sa notoriété internationale viendra avec Soft Machine dont il fut le premier vrai guitariste, et s’affirmera avec d’autres groupes psychédéliques comme Gong, et à travers l’équipée des multiples Lifetime de Tony Williams où il remplace John McLaughlin. Devenu un guitar hero (admiré par Jo Satriani, Eddie Van Halen mais aussi par Frank Zappa  ou Kurt Rosenwinkel…) il participe à différents groupes fusion avec Stanley Clarke, Jean-Luc Ponty, Bill Brufford. En quartet, et surtout avec le pianiste Gordon Beck, il nous offre une œuvre plus classique d’un très haut niveau technique. Ses péripéties le classent parmi les guitaristes de rock progressif et de jazz fusion des plus précurseurs.





Le jeune, Allan Holdsworth apprend le piano avec son père, avant d’opter pour la guitare électrique où il suit ses indications qui transposent les constructions d'accords du piano vers la guitare. Il rappelle notamment qu’il essayait aussi d’imiter les phrasés des saxophonistes. Natif de Bradford, à l’ouest de Leeds, il se produit avec des groupes locaux dans un style plutôt rock, et il débute une carrière professionnelle à la fin des années 1960 dans le groupe ‘Igginbottom qui mêle influence jazz et pop et enregistre l’album Wrenche (1969).

Il opte pour une voie plus improvisée et forme en 1971 le groupe Sunship, puis rejoint pour un court moment le groupe Nucleus dirigé par le trompettiste Ian Carr (album Belladona).

En 1972, le batteur John Hiseman (ex Graham Bond, John Mayall Blues Breakers) l’engage dans le groupe Tempest qui propose un rock puissant qui s’oriente ensuite vers un style plus progressif; il y joue aussi du violon. Vexé que John Hiseman (qui anticipe son futur groupe Colosseum) engage un second guitariste, il quitte le groupe.

En 1975, il rejoint Soft Machine et, durant presque deux ans, lui donne une nouvelle coloration musicale. L’apport de sa guitare et ses compositions devient un élément prédominant du groupe et éclipse le seul dernier membre original et leader, Mike Ratledge (cl). Avec l’album Bundles, son empreinte est primordiale et lui permet de toucher un vaste auditoire. Il rejouera dans plusieurs versions du groupe, en 1981 pour l’album Land of Cockayne avec notamment Jack Bruce (eb) puis en 2004 lors d’une tournée du Soft Machine Legacy, en remplaçant de John Etheridge.

A la même époque, il affirme sa voie dans le jazz fusion au sein du New Lifetime Band du célèbre batteur, Tony Williams, où il réinvente l’espace occupé par John McLaughlin. Ils multiplient les concerts et enregistrent deux albums Believe It (1975) et Million Dollar Legs (1976). Le public de jazz commence vraiment à le connaître à partir de cette collaboration, même si certains puristes taxent le groupe d’être trop commercial et trop rock. Il est à noter, pour les amateurs de jazz, que son premier album en leader, Velvet Darkness, est enregistré au studio de Rudy Van Gelder en juin 1976 pour le label CTI Records. Ses sidemen se nomment Alphonso Johnson (eb), Narada Michael Walden (dm), membres de Weather Report, complétés d’Alan Pasqua (p); le disque est produit par le légendaire Creed Taylor, créateur et propriétaire du label. Allan Holdsworth utilise guitare acoustique et guitare électrique et, sur une plage, son violon. Facétie de l’histoire, il rejoint le groupe Gong (1976-1978) au moment où son fondateur, Daevid Allen, s’en éloigne, lui qui était l’un des cofondateurs de Soft Machine.

A ce moment, le groupe est dirigé par le batteur Pierre Moerlen, et il compte aussi le saxophoniste originel, Didier Malherbe. Deux albums, moins fous que les précédents, plus structurés et harmonieux en témoignent, Gazeuse et Expresso II. Il rejoue avec le Pierre Moerlen’s Gong. Allan Holdsworth, toujours très actif, joue aussi avec Jean-Luc Ponty qui signe l’un de ses albums les plus connus Egnimatic Ocean (1977).

Cette décennie, qui lui donne une place particulière au sein du monde des guitaristes, se termine par la création du groupe U.K. dirigé par le batteur vedette de Yes, Bill Bruford. Baptisé du surnom de «super groupe de rock progressif», cette formation donne de nombreux concerts dans le circuit des grandes salles, mais laisse de mauvais souvenirs au guitariste. Néanmoins, il est le seul à rester auprès du batteur dans le groupe suivant qui porte simplement le nom de Bruford. Allan Holdsworth a le loisir de contribuer à son gré dans ce groupe qui fort de son succès lui donne l’envie de former enfin son propre groupe.

Allan Holdsworth © David Sinclair


Comme une rupture avec les «supers bands», il rejoint, en 1979, le pianiste Gordon Beck pour son album Sunbird, produit par le label français JMS, avec Jean-François Jenny-Clarke (b) et Aldo Romano (dm), et, dès 1980, forme en sa compagnie un superbe duo sans rythmique dont le premier témoin enregistrement est l’album The Things You See suivi en 1988 de With a Heart in My Song. Les deux musiciens avaient déjà enregistré en quartet, en 1977 à la BBC, des bandes qui seront publiés en 1980 sous le nom de Conversation Piece Part 1 & 2, avec Jeff Clyne (b) et John Stevens (dm).

Désormais, le guitariste va s’affirmer en leader et il embauche le batteur Gary Husband, le bassiste Paul Carmichael, pour son premier groupe Fast Alarm, nom qu’il changera pour celui d’I.O.U avec l’arrivée de l’ancien chanteur de Tempest, Paul Williams. Ce groupe autoproduit en 1982, sans succès, son premier album au nom éponyme qui sera heureusement republié aux Etats-Unis en 1985 par le label Enigma Records. Entre temps, Allan Holdsworth joue au Festival de Montreux (1982) sous l’égide du bassiste (et ancien partenaire) Jack Bruce avec Billy Cobham, Didier Lockwood, David Sancious dans le groupe éphémère A Gathering of Minds.

Dès 1981, le guitariste Eddie Van Halen avait affirmé dans le magazine Guitar Player qu’Allan Holsdworth était le guitariste «number one». Sur ses recommandations, le label Warner produit le guitariste anglais qui s’installe alors en Californie et enregistre Road Games. L’album reçoit en 1984 un Grammy Awards dans la catégorie «Best Rock Instrumental Performance», et Allan entre couronné dans le nirvana des guitaristes, versant rock. Le groupe I.O.U poursuit un temps son aventure avec soit Gary Husband ou Chad Wackerman (dm) et Jeff Berlin (eb), fidèles musiciens qu’on retrouve régulièrement depuis 30 ans auprès d’Allan Holdsworth. Suite à des oppositions artistiques et sans doute financières, le guitariste quitte le label Warner pour signer chez Enigma Records qui produit surtout à ses débuts des groupes de «métal»; et justement le premier album porte le nom de Metal Fatigue, suivi de Film & The BB’s dont le bassiste est Jimmy Johnson qui rejoint sa famille de musiciens.

En 1986, Allan Holdsworth découvre l’instrument qu’il affectionnera durant 15 ans, le SynthAxe, une guitare avec traitement midi qu’il lui permet de nouvelles expérimentations. Les albums Atavachron (1986) puis Sand en sont les témoignages. Fort de son indépendance et afin d’approfondir ses envies de recherches musicales, il ouvre son propre studio à San Diego, The Brewery Studio, qui deviendra à partir de 1989 avec l’album Secrets son lieu de prédilection.


Les années 1990 commencent par des rencontres importantes, marquées par sa collaboration avec le guitariste Frank Gambale puis celle avec le groupe pop Level 42. Il poursuit durant cette décennie une carrière internationale et s’intéresse à la guitare baryton créée par le luthier Billi DeLap. Plusieurs albums sont publiés durant cette période: Wardenclyffe Tower, Hard Hat Area, Heavy Machinery, mais comme fatigué par la fusion électrique, il retrouve Gordon Beck pour un album hommage aux musiciens de jazz qu’il admire: None to Soon. Les deux compères revisitent leur carte du tendre et rendent hommage à John Coltrane, Django Reinhardt, Bill Evans ou encore Joe Henderson.

Suite à son divorce, il va aussi se séparer de son studio et y enregistre un dernier album The Sixteen Man of Tain en 2000. Suivent une série d’albums live et de compilations qui restituent sa déjà longue carrière (
Flat Tire:Music for a Non-Existent Movie, All Night Wrong, Then!, Against the Clock: The Best of Allan Holdsworth). Il partage dorénavant son temps entre ses groupes et une série d’apparitions auprès de vedettes et groupes tels Steve Vai, Planet X, Virgil Donati… avec les batteurs Terry Bozzio et Mastelotto ou les frères Johansson.

Avec ses complices habituels, il rend hommage à Tony Williams et enregistre le double album Blues for Tony. Salué par l’ensemble des guitaristes, surtout de rock, Allan Holdsworth occupait une place particulière entre les mondes parallèles et les styles qui célèbrent le mariage du jazz, du rock, du jazz rock. Si sa carrière semble par moment s’envoler vers des formules plus commerciales, il laisse néanmoins un témoignage musical exceptionnel et un style très particulier.

Pour l’anecdote, il était crédité comme guitariste, en compagnie de Jimmy Page, sur le titre du chanteur Donovan «Hurdy Gurdy Man» dont il disait ne pas se rappeler du tout la séance en studio. Je laisse aux spécialistes l’analyse détaillée de sa technique et l’explication technologique des instruments sophistiqués qu’il développa pour simplement aller réécouter ses albums avec Gordon Beck dont la plupart ont été produit par un label français. Sa disparition a été annoncée par sa fille sur sa page facebook et laisse de nombreux guitaristes orphelins de leur modèle.

Michel Antonelli
Photos David Sinclair

Allan Holdsworth et Jazz Hot: n°379-80, décembre 1980-janvier 1981


DISCOGRAPHIE
Leader

CD 1976. Velvet Darkness, CTI 8319
CD 1982. I.O.U, Cream Records 260-2, 702260
CD 1983. Road Games, Manifesto 46504
CD 1985. Allan Holdsworth With I.O.U, Metal Fatigue, Enigma Records 7 72562-2 (Cream 270-2)
CD 1986. Atavachron, Enigma Records 73203 (Cream Records 280-2)
CD 1987. Sand, Manifesto 46507
CD 1989. Secrets, Restless 7 72573-2
CD 1992. Wardenclyffe Tower, Restless 7 72537-2
CD 1993. Hard Hat Area, Cream Records 330-2
CD 1997. I.O.U Live, Outer Music 1003 (disque non commercialisé)
CD 1996. None to Soon, Cream Records/JMS 18687-2
CD 1999. The Sixteen Man of Tain, Cream Records/JMS 18713-2
CD 2001. Flat Tire: Music for a Non-Existent Movie, Manifesto 46513
CD 2002. All Night Wrong, Sony Music 10001
CD 2004. Then!, Manifesto 46514
CD 2005. Against The Clock :The Best of Allan Holdsworth, ALTY Records 0402
CD 2017. Eidolon: The Allan Holdsworth Collection, Manifesto 46501
CD 2017. The Man Who Changed Guitar Forever!, Manifesto 46502
CD. Allan Holdsworth Quartet, All of Us 16
CD. Allan Holdsworth Quartet, Live in Japan/1985, Four Aces Records  002

Coleader
CD 1977. John Stevens/Allan Holdsworth/Jeff Clyne/John Stevens/Ron Mathewson, Re Touch, Belle Antique 081459
CD 1980. Allan Holdsworth/Gordon Beck, The Things You See, JMS 09
CD 1980. Gordon Beck/Allan Holdsworth Jeff Clyne/John Stevens, Conversation Piece-Part 1 & 2, Jimco Records-89131
LP 1986. Soma, Soma 10384
CD 1988. Allan Holdsworth-Gordon Beck, With a Heart in My Song, JMS 044
CD 1990. The Mark Varney Project feat. Frank Gambale/ Allan Holdsworth, Truth in Shredding, Tone Center 40302
CD1996. Anders Johansson and Jens Johansson, Heavy Machinary, Heptagon Records-011
CD 2004. Riptyde, Sonic Undertow, Alternative Records 0401
CDX2 2009. Holdsworth/Pasqua/Haslip/Wackerman, Blues For Tony, MoonJune Records 029
CD 2009. Danny Thompson/ Allan Holdsworth/John Stevens, Propensity, Art of Life Fecords 1038-2

Sideman
CD1969. ‘Igginbottom, Igginbottom’s Wrench, Esoteric Records 2164
CD 1972. Nucleus, Belladonna, Vertigo-9267
CD1973. Tempest, Tempest, Esoteric Records 2266
CD 1975. Soft Machine, Esoteric Records Bundles2196
CD1975. The New Tony Williams Lifetime, Believe It, Columbia 5128982
CD 1975. Gong, Gazeuse!, Virgin CDV 2074, 260 761-217
CD 1976. The New Tony Williams Lifetime, Million Dollar Legs, Sony Media Music 5126902
CD 1976, Esther Phillips, Capricorn Princess, Reel Music 66748-78020-2
CD 1977. Jean Luc Ponty, Enigmatic Ocean Atlantic 19110-2
CD 1978. Gong, Expresso II, Virgin 2099
CD 1978. Bruford, Feels Good to Me, Winterfold 003
CD 1978. U.K, U.K Virgin 76577
CD 1978. U.K, Concert Classics Volume 4, Live in America  (Live in Boston 00704)
CD 1979. Bruford, One of a Kind, Winterfold 004
LP 1979. Gordon Beck, Sunbird, JMS 07
CD 1981. Soft Machine Legacy, Land of Cockayne, EMI/Air Mail Archive-1682
CD1983. Jean Luc Ponty, Individual Choice, Atlantic 7 80098 - 2
CD 1986. Krokus, Changes of Address, Arista 8402
CD 1986. Bruford, Master Strokes: 1978-1985, EG 67
CD1988. Stanley Clarke, If This Bass Could Only Talk, Portrait 40923
CD 1989. Jack Bruce, A Question Of Time, Esetoric Records 2270
CD 1990. Soft Machine, The Untouchable, Castle Communication 281
CD 1991. Chad Wackerman, Forty Reasons, CMP Records 48
CD 1991. Andrea Marcelli, Silent Will, Verve Forecast 843 652-2
CD 1991. U.K, Road Test, Microphone Records 02
CD 1991. Level 42, Guaranteed, Edsel Records 2037
CD 1993. Chad Wackerman, The View, CMP 64
CD 1994. Mark Mancina, B.O du film Speed, Milan Records 5050466 2950 2
CD 1995. Gongzilla, Surfer, Lolo Records 003-2
CD 1996. Gorky Park, Stare NOX-016
CD 2003. Soft Works, Abracadabra, Tone Center 4029 2
CD 2003, Soft Machine, BBC Radio 1971-1974, Hux Records 047
CD 2004. Derek Sheridan, Mythology, Armoury Records
CD 2004. Soft Machine, Floating World Live, MoonJune Records 007
CD 2005. K2, Book of the Dead, Pro Rog Records 160
CD 2006. UK, Out of the Blue, Sirene-138
CD 2007. Jean-Luc Ponty, The Atacama Experience, Koch-4233
CD 2007. Brudford, Rock Goes to College, Winterfold 009
CD 2009. Soft Machine, Allan Last Stand, Higland Project 043
CD 2009 Bill Brudford, The Winterfold Collection 1976-1986, Winterfold Records 010
CD 2010. Gary Husband, Dirty & Beautifil Vol 1, Abstract Logix 046
CD 2012. Gary Husband, Dirty & Beautifil Vol 2, Abstract Logix 033
CD 2012. Chad Wackerman, Dreams Nightmares and Improvisations, Not on Label-5
CD 2013. Tempest, In Concert 1973-1974, On the Air, Air 7
CDX5 2015. Jean-Luc Ponty, Original Album Series Vol 2, Rhino Records 0081227955380
CD. The Tony Williams Lifetime, The Lost Wildlife Sessions, Verve

DVD
2002. Live at the Galaxy Theatre, Gnarly Geezer Records 01-1
2007. Live at Yoshi’s, MVD Visual 4722
2007. Allan Holdsworth, Alfred’ Artist Series , Alfred Publishing Company 28313
2015 CD/DVD. Soft Machine, Switzerland 1974 Cuneiform Records 395/396

LIVRES
1987. Reaching for the Uncommun Chord, Paperback, Hal Leonard Corporation
1994. Just for the Curious, paperback, Warner Bros (Livre+CD) REHBK005, PP 1564
1997. Melody Chords for Guitar, Sheet Music, Centerstream Publications

VIDEOS 
1974. Soft Machine, 'Switzerland 1974'
Allan Holdsworth (g),Roy Babbington (eb),Karl Jenkins (ss), John Marshall (dm), Mike Ratledge (cl)
https://www.youtube.com/watch?v=i5AdkYRm344


Live at Yoshi’s :  
Allan Holdsworth (g), Alan Pasqua (cl), Chad Wackerman (dm), Jimmy Haslip (eb)
https://www.youtube.com/watch?v=iWPLaY9SyOY


1984. Allan Holdsworth live in Tokyo 1984 + Interviews
Allan Holdsworth (g), Jimmy Johnson(eb), Chad Wackerman (dm), Paul Williams (voc)
https://www.youtube.com/watch?v=xWU_yFFsNtc


1989. Goodbye Pork Pie Hat, The Chance, Poughkeepsie, NY
Stanley Clarke (eb), Allan Holdsworth (g), Randy Brecker (tp), Bernard Wright (cl), Steve Smith (dm)
https://www.youtube.com/watch?v=q21KNH9hXwQ


Allan Holdsworth, Instructional Video
https://www.youtube.com/watch?v=4JjBdnGDuYM
 

*