pubentetesite
Liens
Rechercher   Retour

Michel Laplace

Rédacteur
lui écrire

Trompettiste, Auteur, Chroniqueur


En 2013, Michel Laplace a fêté ses 50 ans de fréquentation de l’univers « jazz ». Mais il avait déjà eu le coup de foudre pour la « musique classique » cinq ans plus tôt (le célèbre chanteur d’opéra Robert Massard est un ami de la famille). Et il  fit un détour par le rock’n roll (1961-63). Côté concerts, il est donc passé de Gene Vincent (1963) à Thelonious Monk, Erroll Garner, Buck Clayton, Dizzy Gillespie, Coleman Hawkins (1966), Louis Armstrong (1967), Count Basie, Mahalia Jackson (1968), Duke Ellington, Miles Davis, Ella Fitzgerald (1969)…Il devait dès lors consacrer sa vie à la musique, ayant aussi un intérêt (sans compétence) pour la peinture et aucun goût pour la poésie (une exception : Charles Trenet).

Universitaire (Doctorat en Médecine), il a assumé à partir de 1977 deux activités en parallèle : celle de Radiologiste des Hôpitaux (ancien chef de service, en retraite depuis 2009) et celle de trompettiste polyvalent (qui ne connaîtra pas la retraite).

Depuis 1977, son épouse Lisiane Laplace l’assiste dans ses activités musicales. Initiée à la Grande Parade du Jazz à Nice, elle s’est spécialisée dans la photographie de musiciens. Elle aime les cuivres classiques et le jazz traditionnel.

Michel Laplace est son aîné de 20 jours (né le 7 novembre 1949 à Bois Colombes). Son arrière-grand père Jean Davezies fut cornettiste de bal champêtre dans le Gers. Ses fils, Cédric (né en 1978, guitare/trompette) et Jean-Marc (né en 1981, saxophones/clarinette) sont musiciens (groupe funk).

Michel LaplaceAprès des débuts à la guitare (1963-4), Michel Laplace a fait de solides études de trompette auprès de Gaëtan Berton (Tours, 1966-74), Denis Egan (1977, 1980), Roger Guérin (Nîmes, 1979, 1981), Fred Gérard (1 leçon, juin 1980), Jacques Jay (1981), Tony Russo (1982), Pierre Thibaud (1 leçon, février 2001). Il fut auditeur des master-classes de James Stamp (Moudon, juillet 1977), Maurice André (Paris, juin 1979), Timofey Dokshitser (Dijon, 1982, Monts du Lyonnais, 1990), Armando Ghitalla (Bulle, juin 1985), Wynton Marsalis (Marciac, 1993, 1995, 1996, 1998, 2000). Il a participé à des ateliers d’André Jaume (1978, et très free en 1981). Il a suivi les cours d'harmonie de Jef Gilson (1978, 1979, 1981) et Raymond Fonsèque (1984), en plus d’une leçon de Wendell Brunious (2009). Il est aussi autodidacte à la clarinette (depuis 1990).
Il a été ‘corresponding editor’ de l'International Trumpet Guild (1977-83), secrétaire du ‘french chapter’ de l'ITG (1977-80), co-fondateur avec Roger Delmotte de la Guilde Française des Trompettistes (25 mars 1978), secrétaire général de la GFT (1978-80), membre fondateur de l’Association ‘Cuivres en France’ (1988), trésorier de l’ACF (1988-89).
Site :  http://www.facebook.com/pages/Guilde-Fran%C3%A7aise-des-Trompettistes-Michel-Laplace/167209709964100

Michel Laplace débute en donnant des concerts trompette et orgue (1973-85). Son premier article est publié dans Diapason (no179, «Les trompettes de la renommée», 1973). En tant que musicien, Michel Laplace a joué pour le Marc Robert Big Band (1977-78 : TV, Les Jeux de 20 heures, 8 mai 1978), Big Brass & Co (1979-80), Henri Van Haeke (juin 1979), Roger Guérin et Bill Coleman (avril 1980), Marc Robert Workshop Jazz & Big Band (1980-81), Trumpet Brothers de Jacques Jay (1981), Big Band Jacques Jay (1981, lead tp), Big Band Jérôme Naulais (été 1982, avec Jean-Luc Cappozzo, tp1, Denis Leloup, tb1, invités : Tony Russo, Jean-Loup Longnon), Dominique Soulat (1982), l’Ensemble de Trompettes Roger Voisin (1983), l’Ensemble de Cuivres Abadie (1983, avec Roger Voisin, tp, Daniel Bourgue, cor), Raymond Fonsèque (Festival Jazz Montauban, 1984), Harmonie ‘SAMP’ (1984-92, bugle solo), le Quatuor de Trombones Paris (novembre 1987), Maurice & Nicolas André (Bourges, 10 mai 1992), une tournée des Carmina Burana de Carl Orff (mai 1987), son Bunk's Gang (1994 : Festival Riom Ville en Jazz), le Kiosque à Musique de Bourges dirigé par Jean-Jacques Bernadé (1995-99, bugle solo), une Parade à Marciac (15 août 2002, avec Boss Quéraud), Eric Luter (Nîmes, 10 février 2010), Pâques en Jazz (Souillac, avril 2010 avec Boss Quéraud, Carol Leigh), Nuit du Jazz à Noyers-sur-Cher (7 mai 2010, avec Marc Laferrière, François Guin, Georges Grenu), Jazzalauna (Launaguet-Toulouse, avec Boss Quéraud, Laurent Rieu et Fred Delluc, 20 novembre 2010), Holger Goetz (août 2012).
Michel Laplace a participé à la création de L’Ours de Jean-Loup Longnon (été 1982, avec le Quintette Arban et l’Orchestre Symphonique dirigé par Roger Toulet). Michel Laplace a animé des ensembles de trompettes (tous styles) : son Trumpet Workshop (1977-90, participation de Denis Egan, Roger Aureggi, Albert Calvayrac, Henri Van Haeke, Michel Decourrière, Robert Fassin, Jacques Jay, Fred Gérard, Timofey Dokshitser, Pierre Dutot, Freddy Grin, etc -diffusion radio Jazzmania, Argentine, novembre 1979), les Trompettes de Bourges (1985-88 ; invité : Pierre Pollin) et aux obsèques de Fred Gérard (Ivry/Seine, 2 janvier 2013 avec Guy Touvron et René Caron). Il a participé aux Tutti Trompettes dirigées par Gaëtan Kuchta (St Roch, Paris, 15 mai 2012, Hommage à Maurice André : avec Thierry Caens, Guy Touvron, Bernard Soustrot, Sergey Nakariakov, Eric Aubier, Mineo Suguki, Olivier Theurillat, etc).
Michel Laplace donne des conférences sur les cuivres : Guildhall School of Music (Londres, août 1986), conservatoire de Bourges (1988), Congrès des Monts du Lyonnais (1990), Symposoium Européen de la Trompette (Bordeaux, juillet 2005), Université du  Temps Libre (Pau, 13 mars au 19 avril 2012).

http://www.myspace.com/laplacetrumpetworkshop
http://www.myspace.com/michellaplace

A partir de 1969, il a correspondu avec, et fréquenté le monde des cuivres : notamment Eddie Allen (1972), Léon Vauchant, Guy Paquinet, Arthur Briggs, Philip Farkas (juin 1976), Marcel Damant, George Swift, Jabbo Smith (via Lorraine Gordon), Bob Giardinelli, Jerome Callet, Robert King, Charles Colin, Louis Davidson, Ron Modell, Edna White (1983), Doc Cheatham (1984), Harry Mortimer, Malcolm Arnold, Tom Crown, Fred Mills (Londres, 1986), Alain Bouchet, Keith Smith, Loulou Vezant, Leroy Jones, André Paquinet, Pierre Dutour. Il a interviewé des maîtres du XXe siècle : Maurice André (1978, 1992), Roger Delmotte (1983), Wynton Marsalis (1996), Pierre Thibaud (2001), Roger Guérin (2002). Outre ceux déjà cités, il a eu l’occasion d’entendre en « live » une multitude d’artistes de cuivres : Clark Terry (dès 1966), Maurice André (dès 1967), Ted Curson (1967), Don Ellis, Curtis Fuller (1968), Cat Anderson (dès 1969), Pierre Sellin, Aimé Barelli (1972), Red Rodney (1974), Chet Baker (1975), Bobby Hackett, Ruby Braff, Harry Edison, Vic Dickenson, Roy Eldridge (1975), Doc Cheatham (dès 1975), Barry Tuckwell, Don Smithers, Roger Bobo, Thomas Stevens (1976), Jon Faddis (dès 1977), Freddie Hubbard (1978), Chocolate Armenteros (Machito,1981), Warren Vaché (dès 1985), Arturo Sandoval (1986), etc. Sa contribution fut de faire admettre une représentation jazz dans les Congrès Internationaux de Cuivres.

 ”There is hardly a trumpeter of renown that Michel Laplace has not heard and got to know, and hardly a one who hasn’t met up with Michel at some point or other during his or her career. As a chronicler and commentator on musical affairs, particularly in the jazz realm, he is blessed with an almost superhuman energy” (Edward H. Tarr)
 
Il est collectionneur de vieux instruments (Alexander, Selmer, Benge, Couesnon,V. Bach, York, Martin, Vega, Conn, Olds, Harry B. Jay, Aubertin, King, etc). Il a réalisé la traduction en anglais des Etudes Transcendantes de Théo Charlier (ITG, mai 1979). Michel Laplace figure dans les livres de référence : Das Grosse Buch der Trompete de Friedel Kiem (2005, Schott), Trumpeters Galore d’Ed Annibale (2011, Trafford) et Trumpet Greats de David Hickman (2013, Hickman Music Editions).

Michel Laplace a été salué par des critiques et dans la presse :
"You’ve got what it takes! ...You are not a copy-cat” (Johnny Simmen, 1er décembre 1991)
"You have an amazingly broad sound which would, I think, be well suited to almost any jazz style but preferably the New Orleans style. I like the attack and the tone plus the fact that you have not obviously copied anyone” (Terry K. Offord, Wellington Jazz Preservation Society, 12 août 1992)
"le trompettiste Michel Laplace a raconté, hier, au Rexy, en notes et en mots, toute l’histoire du jazz” (journal La Montagne, 1er septembre 1994)
"an active and excellent trumpeter!” (Friedel Keim, 16 février 2000)
"le chorus magistral de Michel Laplace de passage dans la région” (Yves Laurain, La Nouvelle République, 10 mai 2010)

Michel Laplace ne compte pas que des musiciens de cuivres parmi ses amis, on y trouve ou trouva Edmond Cohanier, Julio Pamies, Franck Ciup, Guy Lafitte, Dominique Chanson, etc.
Pour ce qui est de l’écriture, Michel Laplace fut d’abord connu à l’étranger dans le milieu des cuivres professionnels : articles dans l’ITG Journal aux Etats-Unis (à partir de 1977) et en Suisse, chroniqueur pour Brass Bulletin (1974-6, puis membre de la rédaction à partir de 1983), puis P.I.P.ERs (Japon, 1980). Il est co-redacteur avec Henri Van Haeke du Bulletin GFT (no1-6, septembre 1978 à mars 1980).
Il s’est initié à l’art de la discographie avec Wim van Eyle. Sa plume non conformiste n’est remarquée dans le milieu jazz international qu’à partir de sa contribution au New Grove Dictionary of Jazz (1988, 2001), puis surtout à partir de 1991 dans le revue Jazz Hot.
Ses articles très demandés, malgré une teneur provocatrice, ont notamment paru (depuis 1977) dans la Jazz/Press, Bulletin du HCF, Jazz Dixie/Swing, Jazz/Rag, Jazz Classique, la Gazette des Cuivres, les Cahiers du Jazz
Auteur et co-auteur de livres, il ne s’inscrit pas dans la pensée unique jazz. Son CD-Rom « Trompette, Cuivres & XXe Siècle » a été salué par le musicologue Edward H. Tarr :
 "This work should find widespread use, because of the extremely comprehensive information it contains in such a handy format. It is highly recommended to music libraries in conservatories and music institutions, as well as to all brass players possessing normal curiosity” (International Trumpet Guild Journal Vol. 34, No3, March 2010).

Michel Laplace est cité notamment dans les autobiographies de Bill Coleman et de Roger Guérin (Mémoire d’Oc Editions). Il a fait trois séjours aux Etats-Unis : 1983 (New York), 1994 et 1996 (New Orleans). Les deux derniers lui ont permis de rencontrer des vétérans de l’âge d’or (les frères Humphrey, Frog Joseph). Il a participé par ses chroniques à la (re)connaissance en France du Festival suisse d’Ascona (qu’il fréquente depuis 1989). S’il vit à Marciac, Michel Laplace n’a aucune responsabilité dans l’organisation/programmation du célèbre festival qui s’y tient et qu’il fréquente annuellement depuis 1991. Il y fut présentateur de concerts (Doc Cheatham, Claude Luter, etc.).

 Michel Laplace a brièvement correspondu avec Hugues Panassié (1971) et Charles Delaunay (1970), mais il a suivi sa propre réflexion et ne reconnaît aucune influence des critiques (à l’exception de Johnny Simmen). Son expérience musicale et ses oreilles lui servent de guides. Il considère trois articles parus dans Jazz Hot comme l’aboutissement de 50 ans de fréquentation et analyse du milieu jazz : « Revue de Presse 1917-1939 » (Jazz Hot 655, printemps 2011), « Nous sommes tous les enfants d’Hugues Panassié » (Jazz Hot 660 & 661, 2012).
S’il ne supporte pas les rejets d’un genre musical au profit d’un autre, il n’admet pas non plus les appellations non pertinentes. Il a milité pour une approche du jazz nourrie par une documentation solide, avec méthode et argumentation cartésienne.
Michel Laplace, spécialiste des cuivres (tous genres), est disponible pour des conférences, jury de concours, chroniques de disques, concerts, festivals et hélas nécrologies prioritairement pour Jazz Hot.

michellaplace@neuf.fr

Livres :
-Roger Delmotte Discography, prepared by Alvin Lowrey & Michel Laplace (1985, ITG)
-Portraits of French Jazz Musicians (1985, der Jazzfreund no 25)
-Jabbo Smith. The Misunderstood And The ‘Modernistic’ (1988, der Jazzfreund no36)
-Roger Guérin or the Jazz Trumpet. 1946-1988 (1993, der Jazzfreund no 42)
-New Grove Dictionary of Jazz, édité par Barry Kernfeld (1988, McMillan Press Ltd, London)
-New Grove Dictionary of Jazz, édité par Barry Kernfeld (2001, McMillan Press Ltd, London)
-La tromba de Gabriele Cassone (chapitre La tromba modern anel jazz) (2002, Zecchini Editore)
-Trumpet Greats de David Hickman, Michel Laplace, Edward H. Tarr (2013, Hickman Music Editions)
-Trompette, Cuivres & XXe Siècle, autoproduction (CD-Rom version 1, 2005; version 2, 2008 –épuisé)
-Le monde de la trompette et des cuivres (classique, variétés, jazz) (DVD-Rom, prévu 2014)

Discographie :
Cirque Pinder, 6-13 nov 1980 (épuisé) ; Méditation pour bugle seul de Conny Westerberg, avril 1982 (Artist Edition, Trumpet Production-Mass. USA, épuisé)
*4 CDs : Michel Laplace. 33 ans de Jazz / Michel Laplace à Launaguet. 20 novembre 2010 / Trumpet Marmalade. Ode to BB J / Music is Music. La trompette du Baroque au Contemporain, dédié à Denis Egan.
(*contact : lamouche32@neuf.fr)

Photo Michel Laplace entre Curtis Fuller et Nicholas Payton, Marciac 2009 © Lisiane Laplace